La BAD animera un grand débat sur le projet du Fonds vert pour l'Afrique

06/12/2010
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) organise un débat sur le projet de Fonds vert pour l’Afrique, le 9 décembre 2010 à Cancun (Mexique), en marge de la COP16.

L’évènement a pour but d’offrir aux parties prenantes principales, au niveau international, une plateforme d’échange sur le Fonds vert pour l’Afrique, un instrument conçu pour permettre aux pays africains de mieux accéder aux ressources mondiales qui leur permettront de relever les défis du changement climatique sur le continent.

L’évènement comprendra un exposé d’Anthony Nyong, chef de la division Conformité et sauvegardes de la BAD, et une session animée par un modérateur et des dirigeants africains, dont le Premier ministre éthiopien et président de la conférence des chefs d’état africains sur le changement climatique, Meles Zenawi. Au nombre des hautes personnalités, il y aura également le président de la BAD, Donald Kaberuka, le président de la Commission de l’Union africaine, Jean Ping, le ministre sud-africain de la Planification nationale, Trevor Manuel, le secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, et Lindiwe Sibanda, directeur général de la FANRPAN et de l’Initiative panafricaine de la société civile sur le changement climatique pour le dialogue sur les politiques (ACCID). Plusieurs autres ministres et décideurs, africains comme non-africains, ont confirmé leur participation aux réunions.

Le Fonds vert pour l’Afrique est destiné à recevoir et à gérer les ressources allouées à l’Afrique, provenant de toutes les sources, y compris les financements accélérés et les engagements à long terme souscrits dans le contexte de l’Accord de Copenhague, pour financer les projets et programmes qui contribuent à la résistance climatique et au développement à faible intensité de carbone en Afrique. Les pays membres régionaux et d’autres entités qualifiées pourront accéder directement et facilement aux instruments souples, parmi lesquels les subventions, les prêts à taux bonifiés et les instruments d’atténuation des risques, pour soutenir les investissements publics et privés en Afrique.

Le fait que le Fonds vert pour l’Afrique soit basé en Afrique et géré par la Banque augmentera l’accès des pays du continent aux financements engagés au titre de l’Accord de Copenhague. Cette amélioration de l’accès permettra de renforcer la capacité du continent à contribuer au débat sur le changement climatique dans le contexte de la solution à un traitement global du changement climatique.

La BAD contribue de manière importante et engagée au développement de l’Afrique. Elle a été créée pour contribuer au développement économique et au progrès social durables de ses états membres africains. L’architecture et la mise en œuvre du Fonds vert pour l’Afrique bénéficieront de l’expérience acquise par la Banque dans l’hébergement et l’administration de fonds spéciaux semblables ciblant les besoins et les spécificités des pays africains.

Une délégation de haut niveau de la BAD participe à la Sixième conférence des parties (COP 16) à la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC), qui se tient du 29 novembre au 10 décembre 2010. La délégation de la Banque est conduite par le président Président Donald Kaberuka, accompagné du vice-président Kamal El Kheshen et d’autres membres du personnel de la Banque. La BAD appuie également la participation de délégations ministérielles des pays membres régionaux (PMR) de la Banque, y compris les négociateurs africains.