COP19 : La BAD plaide haut et fort pour la croissance verte en Afrique

Share |

De: 11/11/2013
A: 22/11/2013
Lieu: Warsaw, Poland

Un projet de la Facilité africaine de l’eau mis à l’honneur

Financé par la Facilité africaine de l’eau (FAE), le projet novateur pour l’amélioration de l’assainissement et de l’hygiène (dit FISH en anglais, pour, “Fostering Innovative Sanitation and Hygiene”) à Monrovia, au Libéria, a été cité en exemple, lors de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP19), qui s’est tenu  les 21 et 22 novembre 2013, à Varsovie, en Pologne. FISH a ainsi été consacré parmi les 17 innovations phares en matière de lutte contre le changement climatique en 2013. Lire Plus


Pour la Journée de l'Afrique, la BAD braque les projecteurs sur les solutions climatiques

Parvenir à la sécurité alimentaire et à une agriculture plus résistante exige, tout à la fois, de s'adapter au changement climatique et de réduire l’intensité des émissions de carbone par produit. Mise en lumière par la Banque africaine de développement (BAD) à l’occasion de la Journée de l’Afrique, le 19 novembre 2013, ce raisonnement exige de prendre un tout autre cap et d’opter pour une utilisation plus efficace des terres, de l'eau, des nutriments du sol et des ressources génétiques, ainsi que pour des changements de taille en matière de gouvernance, de législation, de politique et de mécanismes financiers. Lire Plus


Vibrant plaidoyer de la BAD en faveur d’une croissance verte et durable en Afrique

La Banque africaine de développement (BAD) a organisé, en marge de la 19e Conférence des parties (COP19), à Varsovie, en Pologne, un événement dédié à la croissance verte en Afrique. Les participants ont exposé des arguments convaincants en faveur de l’objectif global qui est d’assurer la transition du continent africain vers une croissance verte et un développement durable. Lire Plus


La BAD plaide pour des transports à faibles émissions de carbone

« Intégrer l’adaptation et la résilience au changement climatique dans le développement des infrastructures de transport est un processus graduel, qui doit être défini à un niveau stratégique ». Tel était le message capital que la Banque africaine de développement (BAD) a délivré lors de la Journée 2013 du transport, dont elle est l’un des sponsors, et qui a été organisée le 17 novembre 2013 à Varsovie, en Pologne, en marge de la 19e édition de la Conférence de l’ONU sur le changement climatique – dite “COP19”. Lire Plus


Contexte

La Banque africaine de développement (BAD) fera tout pour promouvoir la croissance verte et l développement durable en Afrique, lors de la 19e session de la Conférence des parties (COP19) à la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC), qui se déroule du 11 au 22 novembre 2013, à Varsovie, en Pologne.

Cette conférence de deux semaines est l'occasion d’exposer quelques-unes des initiatives et actions importantes menées en Afrique par toutes sortes d’acteurs, sur le changement climatique et le développement. Outre le fait de s'assurer que développement et changement climatique demeurent au cœur des débats et des négociations sur le financement – entre autres.

Leadership de la BAD et mutualisation d’expériences

Intitulé “La transition vers une croissance verte en Afrique : le rôle de la Banque africaine de développement et des autres institutions régionales”, l'événement qu’organise la Banque le 18 novembre, en marge de la Conférence, présentera les efforts et les réalisations que l’institution a accomplis, outre les défis qui l’attendent, en matière de planification et de gestion des ressources naturelles, de renforcement de la résilience climatique et de création d'une infrastructure durable, pour ouvrir la voie à une croissance verte et résiliente au changement climatique en Afrique.

L'événement mettra en lumière les nombreuses initiatives qui visent à promouvoir une croissance à faible teneur en carbone, économe en ressources et socialement inclusive. Il profitera également de l’expérience engrangée par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), le Fonds mondial pour la nature (“World Wildlife Fund”, WWF), l'Organisation internationale du travail (OIT) et d’exemples de pays choisis comme le Mozambique. Tous offrent un aperçu de leurs expériences respectives en matière de promotion de la croissance verte sur le continent africain.

Fervente partisane du renforcement des capacités des négociateurs africains à la Conférence des parties, la BAD leur apporte un soutien technique et finance la participation d’un plus grand nombre de délégués africains aux réunions de négociation et à d'autres événements liés au climat.

Des systèmes durables de transports à faible émission de carbone

La BAD a aussi été un partenaire-clé et l’un des organisateurs de la Journée 2013 des transports, le 17 novembre 2013. L'événement s’est conclu par l'adoption de la “Déclaration de Varsovie sur le développement de transports durables à faible émission de carbone”, qui formule des recommandations sur les moyens de renforcer l'intégration de systèmes durables de transports à faible émission de carbone dans le processus de la CCNUCC, en particulier dans le nouvel accord mondial sur le changement climatique.

Faisant office de “courtier du savoir” expérimenté en matière de changement climatique et acteur de premier ordre en ce domaine, la BAD consolidera et élargira son rôle, ainsi que sa réputation de partenaire de confiance, grâce à ses diverses interventions au cours de la COP19 et de la 9e Réunion des parties au Protocole de Kyoto (CMP9).

La Banque vient de parachever un cadre de suivi et d’évaluation destiné à observer les progrès de la mise en œuvre de son plan d'action sur le changement climatique. La Banque a également mis au point plusieurs outils innovants pour le changement climatique, dont un outil de contrôle et une méthodologie de suivi du financement climatique, qui seront présentés lors de la COP19.

La BAD joue un rôle capital en tant que bailleur de fonds, partenaire et conseiller des pays africains. La Banque les aide à accéder aux ressources disponibles et à capitaliser sur les opportunités de financement à venir. Dans le cadre de son Plan d'action sur le changement climatique, la BAD entend d’ailleurs investir jusqu’à 10 milliards de dollars EU entre 2011 et 2015. Ces ressources proviendront de ses fonds propres, de fonds fiduciaires bilatéraux et d’instruments de financement du climat, tels que les Fonds d’investissement climatique (FIC), le Fonds pour l'environnement mondial (FEM), le Fonds des énergies durables pour l'Afrique (SEFA) et le Fonds forestier du bassin du Congo (FFBC). Sur les deux dernières années écoulées (2011-2012), les investissements de la BAD dans des projets qui tiennent compte du climat se sont élevés à 3,7 milliards de dollars EU. En 2012, sur l’ensemble de ses prêts, la BAD a consacré un dollar EU sur trois au financement climatique.