En prélude aux négociations de Cancun : la BAD finance un atelier de formation sur le marché de carbone à Niamey

29/11/2010
Share |

«Familiariser les négociateurs sur le changement climatique, des pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur les questions liées au marché du carbone et favoriser les échanges entre négociateurs pour une position unique et convergente dans les négociations avec les Parties signataires de la Convention Climat (COP) à Cancun au Mexique». Ainsi se résument les objectifs d’un atelier de formation sur le marché du carbone et sur le Programme de Réduction des émissions provenant de la déforestation et de la dégradation des terres (REDD), financé par la Banque, du 8 au 13 novembre 2010 à Niamey. L’atelier a été organisé par le Centre Régional d’Agro-météorologie et d’Hydrologie (AGRHYMET) et s’est tenu dans les locaux dudit centre à Niamey.

Partant du constat que le changement climatique risque de compromettre les performances des économies africaines déjà fragiles, la Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a mis en place des politiques et stratégies, en vue de développer la résilience de ses pays membres régionaux (PMR). Dans cette dynamique, la BAD s’attèle au renforcement des capacités pour une mise en œuvre efficace des politiques et stratégie. Le financement par la BAD de cet atelier à Niamey s’inscrit dans le cadre de cet engagement, a souligné Mme Sarrahn Ouattara Baudin, chargée de la conception thématique de l’atelier, environnementaliste et consultante au département de l’agriculture de la BAD.

L’atelier avait pour objectif de familiariser davantage les négociateurs  sur le changement climatique des pays de la CEDEAO sur les questions liées au marché du carbone et montrer les opportunités qu’offre  ce marché au continent. Cette démarche s’inscrit dans la perspective des négociations en cours, relatives au traité post Kyoto prévu prendre fin en 2012. Le second objectif visé par cet atelier était de favoriser les échanges entre négociateurs, afin de défendre une position unique et convergente lors de la série de négociations qui se tiennent à Cancun, au Mexique, ce 29 novembre 2010, auxquelles la Banque prend part.

« L’atelier a permis d’engager des discussions pertinentes et enrichissantes entre les participants et les formateurs et de formuler un certain nombre de recommandations qui seront présentées lors des prochaines négociations sur le traité post Kyoto », a indiqué Mme Baudin.

Par ailleurs, les participants ont suivi avec intérêt, des exposés effectués par consultants de la sous-région (Niger, Burkina Faso et Sénégal) sur des thèmes pertinents, notamment : «Les enjeux du marché du carbone et rôle de l’Afrique au niveau du marché du carbone» ; «Les stratégies à mettre en œuvre pour développer le marché du carbone en Afrique».

L’atelier a réuni 33 participants de 17 pays, ayant une solide expérience dans le domaine de la bioénergie et du bio-carbone, ainsi que des représentants du Comité Permanent Inter-états de Lutte contre la Sècheresse dans le Sahel (CILSS).