La BAD organise son premier Forum sur le Transport pour une Afrique intégrée

Share |

De: 26/11/2015
A: 27/11/2015
Lieu: Abidjan, Côte d’Ivoire

La première édition du Forum Transport (ATF2015) organisé par la Banque africaine de développement (BAD) réunira, du 26 au 27 novembre 2015, des représentants de gouvernements et d’organisations internationales, des bailleurs de fonds, des experts, des universitaires et de grandes figures du secteur privé pour débattre des défis auxquels l’Afrique fait face dans le secteur du transport.

L’Afrique a les coûts de transport parmi les plus élevés au monde pour les marchandises comme pour les passagers. Pour les pays africains, il est souvent plus facile et moins cher de commercer avec le reste du monde qu’entre eux. Le défi de développement du secteur du transport est aussi celui de l’inclusion sociale puisque près de 40% des Africains vivent à plus de 2km d’une route praticable toute l’année.

Comment faciliter le déplacement des citoyens et des marchandises et répondre aux besoins grandissants des producteurs et des consommateurs africains? Comment leur permettre de se déplacer mieux, en plus grand nombre, localement et internationalement ? Ces interrogations constitueront le fil conducteur de ces deux jours de débats, j

Le Forum sera ouvert par le Président de la Banque Africaine de Développement, Akinwumi Adesina, le Ministre ivoirien des Transports, Gaoussou Touré, le Ministre ivoirien des Infrastructures économiques, Patrick Achi, ainsi que le Ministre malien des Transports, Mamadou Hachim Koumaré.

Plus de 250 participants sont attendus à cet évènement qui constitue une opportunité d’échanges d’expériences et de bonnes pratiques, de valorisation des travaux de recherches, de rencontre et de mise en réseau des professionnels. À travers le prisme de l’intégration locale et régionale, nos invités discuteront notamment des thèmes suivants : innovation dans les modes de financement, durabilité, intégration régionale et connexions internationales, transport Urbain et sécurité routière : un besoin d’engagement. Ces questions seront approfondies au cours des cinq sessions plénières et des neuf sessions parallèles programmées.