BAD-Tunisie : «La présence des amis est un réconfort et un soutien catalyseur», a déclaré le ministre Triki

15/03/2011
Share |

«Parmi les amis, il y a les fidèles qui accourent vers vous avant que vous lanciez un appel, c’est le cas de la Banque africaine de développement », a déclaré, lundi 14 mars 2011 à Tunis, le ministre tunisien de la planification et de la coopération internationale, Abdelhamid Triki.  M. Triki s’exprimait suite à la signature du don d’un million de dollars d’aide humanitaire d’urgence que la BAD vient de mobiliser en appui aux populations déplacées actuellement à la frontière tuniso-libyenne.

Le ministre a évoqué la coopération entre la BAD et son pays, ainsi que le rôle prépondérant qu’elle joue depuis plusieurs années : «La BAD est le premier partenaire de la Tunisie dans la réalisation de son œuvre de développement », a-t-il indiqué, expliquant que le don est venu au bon moment et aura un impact réel sur les populations bénéficiaires.

M. Triki a également salué la patience et le courage de la direction de la BAD et de son personnel, lors des événements du 14 janvier 2011 en Tunisie. Selon lui, la direction de la BAD a eu une bonne appréciation de la situation dès les premiers jours de la révolution tunisienne, en «résistant à la tentation de l’évacuation».

«La présence des amis est un réconfort et un soutien catalyseur pour aller de l’avant avec détermination et optimisme», a-t-il dit, affirmant par ailleurs que parmi les amis, il y a des fidèles qui accourent vers vous avant que vous lanciez un appel : «c’est le cas de la BAD », a-t-il conclu, saluant également «avec considération et gratitude», la noble initiative du personnel de la BAD, qui s’est manifestée à travers l’organisation d’une campagne de don de sang et une action parallèle de collecte de fonds au profit du Croissant Rouge tunisien, qui gère la situation à la frontière.

«Par cette procédure exceptionnelle de don d’urgence, nous souhaitions pouvoir minimiser les risques d’une détérioration de la situation à la frontière et apporter rapidement notre soutien aux personnes qui traversent la frontière», a déclaré Jacob  Kolster, directeur des opérations pour la région Afrique du Nord. Le représentant du Comité International de la Croix Rouge (CICR), Jean Monod, s’est quant à lui dit « positivement impressionné par la réaction de la BAD ».