La BAD révise sa politique de diffusion et d’accès à l’information sur ses opérations et stratégies

07/05/2012
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) a révisé sa politique de diffusion et d’accès à l’information sur ses opérations, politiques et stratégies. 

Le Conseil d’administration a pris cette décision le 2 mai 2012, en reconnaissant que pour s’acquitter efficacement de son mandat de développement, la BAD devait aller encore plus loin en matière de transparence et de reddition de comptes.

Le changement entre aussi dans le programme de réforme institutionnelle de la BAD, et la décision a été prise à la suite de larges consultations avec les parties prenantes de l’extérieur. Ces parties prenantes comprennent les pays membres africains, ou régionaux, de la BAD, ainsi que les représentants du secteur privé et de la société civile.

C’était également l’un des principaux engagements des négociations sur la sixième augmentation générale du capital (AGC-VI) de la Banque et de la onzième reconstitution des ressources du FAD (FAD-XI), au cours desquelles la réforme de la politique de diffusion de l’information à la Banque a été discutée.

En essence, la nouvelle politique est une politique de présomption de la diffusion, plutôt qu’une politique de diffusion exceptionnelle. L’un des traits dominants consiste en ce que, pour la première fois, la BAD rendra publics les comptes vérifiés des projets des emprunteurs concernés par les projets souverains qu’elle finance. 

Le président Donald Kaberuka a fait observer que cette révision est le résultat positif des discussions approfondies et transparentes qui ont été engagées au sein et en dehors de la BAD.

« La politique révisée de diffusion et d’accès à l’information », a-t-il déclaré, « a précisé les rôles du Bureau du vice-président et secrétaire général, des centres régionaux de ressources et des bureaux extérieurs ».  

Au nombre des résultats de la politique révisée, selon les membres du Conseil, on peut citer la promotion de la bonne gouvernance, de la transparence et de la reddition de comptes. Elle donnera à ses interlocuteurs une visibilité accrue de la mission de la Banque ainsi que de ses stratégies et activités. Elle viendra en appui au processus consultatif de la BAD dans ses activités et renforcera la participation des parties prenantes dans la mise en œuvre des projets financés par la BAD.

Suite à son approbation et avant l’entrée en vigueur de la Politique, la direction adoptera un plan de mise en oeuvre pour commencer immédiatement à mettre en place les mesures administratives et opérationnelles nécessaires pour la mise en oeuvre avec succès de la politique révisée. La politique entrera donc en vigueur neuf (9) mois après son approbation par le Conseil d’administration et sera appliquée par phase.