Don de la BAD à Sao-Tomé et Principe, en financement de la coopération Sud-Sud

30/05/2013
Share |

L'intégration régionale et l'intensification de la coopération Sud-Sud étaient également des questions au cœur des discussions à Marrakech, en marge des travaux des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD), qui s'achèvent vendredi 31 mai.
 
Dans cette dynamique, le gouvernement de Sao-Tomé et Principe, représenté par son ministre du plan et des finances, Helio Da Silva Almeida a signé, le 30 mai 2013, avec la BAD, un don de 295 930 dollars, en financement d'un projet de coopération lusophone, sous le Fonds fiduciaire de coopération Sud-Sud.

La BAD, en partenariat avec la République démocratique de Sao-Tomé et Principe, à travers l'unité des Etats fragiles, a mobilisé ces fonds pour, contribuer à l'utilisation efficiente des revenus de pétrole, à travers des voyages d'études. Le projet vise la création d'emplois et le renforcement des capacités humaines, surtout des jeunes.

Cosignant pour la BAD, le vice-président chargé des opérations, Aly Abou-Sabaa, a souligné l'importance de l'intégration et de la coopération Sud-Sud, qui, selon lui, constituent la pierre angulaire de la promotion du développement durable de l'Afrique. "Ce fonds contribuera à la réalisation d'objectifs de développement clés de Sao-Tome et Principe, visant la croissance inclusive et par ricochet, la réduction de la pauvreté," a dit M. Abou-Sabaa.

Soulignant l'attachement de son pays aux questions liées à l'intégration et la coopération Sud-Sud, le ministre Almeida a, pour sa part, salué le partenariat entre son pays et la BAD, qui s'est traduit par un portefeuille "important" de projets de développement. "L'intégration régionale est un impératif et ce financement vient renforcer l'appui de la BAD à la gestion économique et financière, visant à réduire les coûts de transactions dans notre pays," a-t-il souligné.

Le Fonds fiduciaire de la coopération Sud-Sud a été mis en place par le Brésil, le 11 juin 2011, pour améliorer l'échange de technologie , de connaissances et de ressources entre les pays en développement, au profit des pays membres régionaux de la BAD.