Le Projet Pilote Souk At-Tanmia de la BAD filmé le 12.12.12: Un Jour sur Terre

17/12/2012
Share |


Pour la première fois, le 12 décembre  2012, la Banque africaine de développement a participé au tournage du film  intitulé Un jour sur Terre. L’exemple d’un Projet Pilote dénommé Souk At-Tanmia pour la création d’emplois et de l’entrepreneuriat en Tunisie.  

Le projet intitulé « Un Jour sur Terre » est célébré tous les ans, pendant les jours numériquement alignés  – 10.10.10 en 2010; 11.11.11 en 2011 et cette année le 12.12.12, le douzième jour du douzième mois de l’an 2012 – reproduit dans le film et en images les expériences humaines de par le monde. Les organisations internationales, les ONG, et des citoyens engagés participant à l’évènement, décrivent dans ce court métrage d’un seul jour leurs expériences pour le montage d’un grand film qui fait le tour du monde.

Mercredi, l’équipe de communications de la BAD a engagé une équipe de tournage tunisien pour filmer  l’essence des actions de Souk At-Tanmia, ou « Marché pour le Développement » en langue arabe. Pour sa première année d’activités, l’objectif de Souk At-Tanmia est la réduction du chômage et de l’inégalité en Tunisie par le biais d’un projet dans lequel des entrepreneurs ambitieux  bénéficient d’un financement et l’assistance technique requise pour la création d’une entreprise.

Cinq mois plutôt, le 12 juillet 2012, la BAD avait lancé le Projet Souk At-Tanmia, en collaboration avec 18 partenaires représentant les secteurs public et privé, les ONG, la société civile et les agences internationales de développement. Au bout de six mois, suite à une autre invitation, le projet a enregistré presque 2 000 projets venant de toutes les régions. 

Quelque 71 finalistes ont été sélectionnés par un comité composé d’experts internationaux et Tunisiens venant d’organisations partenaires. Chacun des candidats bénéficiera d’une somme de 30 000 dinars (environ $20 000) qui pourrait être utilisée soit pour couvrir la totalité du projet soit pour compléter l’apport en capital des bénéficiaires du projet sur une demande de prêt. Ce dernier déclenchant un effet de levier multipliant par cinq le volume des fonds mobilisés sur ce projet, grâce à la participation des banques tunisiennes travaillant avec les PME et la micro finance (BFPTME et BTS).

Nejib Sabri Chaïeb, 58 ans, était l’un des 71 bénéficiaires du premier projet Souk At-Tanmia, pour son projet de fabrication de tapis à l’intérieur du pays qui pourrait employer 60 femmes tisserandes.

Cette initiative dénommée Artisanes de Kroumirie en Toute Liberté, se situe à Ain Draham au nord ouest de la Tunisie dont l’objectif est de raviver un artisanat ancien en permettant aux artisanes de gagner de par leur art une vie meilleure. 

Le jour du tournage du film Un Jour sur Terre, le 12.12. 12, Chaïeb a pu rencontrer Emanuele Santi et Sonia Barbaria de la Banque africaine de développement pour discuter de Souk At-Tanmia et de son projet de fabrication de nattes et de moquettes. Chaïeb a exprimé sa satisfaction quant au soutient très attendu de la BAD et de ses partenaires.

Omeima Ben Dhieb, une artisane traditionnelle, travaillant dans une boutique de tapis au cœur de la Medina, a fait une démonstration des techniques de fabrication de tapis. Chaïeb espère révolutionner la façon de fabriquer les tapis avec une technique innovante avec moins de travail pour les tapissiers et un plus grand nombre de tapis fabriqués.

A la question de savoir si la nouvelle technique changera sa vie Ben Dhieb a eu un large sourire.
« Regardez  son  visage, regardez son sourire, » dit Chaïeb. « Car après avoir terminé une moquette, il leur faut deux, trois, quatre jours pour le nettoyer et préparer une autre moquette. Ces jours ne sont pas payés. »

« Avec mon nouveau système, le tisserand n’est plus obligé à faire tout ce travail, » explique Chaïeb. « Elle ne fait que préparer les nœuds pour gagner son salaire. D’autres artisans s’occupent de la finition. »

Selon Chaïeb, 10 à 15 pour cent des profits de chaque tapis moquette vendue par la coopérative seront  redistribués aux tisserands comme Ben Dhieb, même après avoir été payé pour le travail initial sur la base du nombre de nœuds fabriqués. « Une fois la moquette vendue, elle gagne beaucoup plus d’argent,» indique Chaïeb. « Un système gagnant-gagnant. »

Sonia Barbaria de la Banque africaine de développement explique que Nejib Chaïeb a reçu un bonus pour son projet puisqu’il va embaucher 60 femmes de la région nord-ouest du pays et il est sur le point de lancer un projet innovant qui va révolutionner l’industrie artisanale.

Le 10 janvier 2013, 71 projets sélectionnés de Souk At-Tanmia seront officiellement présentés, à Tunis. Chacun des bénéficiaires fera une présentation détaillée de son projet – la zone d’implantation, le nombre d’emplois à créer, le budget, le financement, et ce, au public, aux médias, aux partenaires de l’initiative et aux donateurs.

« Le 10 janvier sera une phase importante car c’est à cette date que nous allons présenter les résultats et garantir la durabilité du projet, » souligne Barbaria. « C’est à ce moment que le travail commence. Les bénéficaires ont reçu une formation, le financement nécessaire, et avec le soutien de Souk At-Tanmia pour orienter leur démarche, la réussite du projet leur incombe. »

Déjà, il existe un intérêt grandissant pour la reproduction du modèle du projet Souk At-Tanmia dans d’autres pays, précise Barbaria. «Chacun à son niveau veut faire quelque chose pour l’entrepreneuriat et pour la promotion du secteur privé, » a-t-elle ajouté. « La reproduction du projet dépend du succès de cette édition. Nous verrons au cours de l’année l’évolution du projet. »

Les taux de chômage en Tunisie aujourd’hui se situent à environ 18 pour cent, avec un plus grand pourcentage de femmes et jeunes au chômage.

« Le secteur public ne peut absorber toutes les personnes en chômage, » conclut Barbaria. « La réponse c’est l’entrepreneuriat. »

Les partenaires de Souk At Tanmia

  • Le Groupe de la Banque africaine de développement
  • Banque de financement des petites et moyennes entreprises (BFPME)
  • Banque tunisienne de solidarité (BTS)
  • British Council
  • Centre des jeunes dirigeants d’entreprise (CJD)
  • Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (CONECT)
  • International Labour Organization (ILO)
  • International Organization for Migration (IOM)
  • Microsoft
  • Mediterranean School of Business
  • United Nations Development Programme (UNDP)
  • United Nations Industrial Development Organization (UNIDO)
  • Talan Tunisie
  • Total
  • Touensa
  • Tunisia
  • UK Department for International Development (DFID)

Sonia Barbara de la BAD lors du lancement du projet Souk At-Tanmia parle de l’importance de la participation de la Banque à la journée 12.12.12; Un Jour sur Terre

Question : Selon vous, quelle est l’importance de la participation de la Banque au tournage de ce film dont le titre est 12.12.12 ; Un Jour  sur Terre et par delà celle montrer l’importance du projet Souk At-Tanmia ?

Réponse : C’est une belle opportunité pour la Banque de participer à cet évènement le 12.12.12 Un Jour sur Terre afin de révolutionner nos moyens de communication en tant qu’organisation internationale. Nous savons que la Banque joue un rôle important dans le développement économique dans ses pays membres régionaux. Il est donc primordial de montrer le travail de l’institution avec les populations vulnérables.

Il est d’une importance capitale que l’on puisse entendre à l’extérieur  la voix d’une artisane tunisienne, et la Banque joue un rôle important dans cette réalisation. En effet, le projet Souk At-Tanmia est source d’espoir parmi les jeunes et les populations vulnérables. Nous voulons partager le message avec tous  que tout est possible. Nous  devons être créatifs et montrer la voie à suivre.

Nejib Sabri Chaïeb (un bénéficiaire de Souk At-Tanmia) est un créatif. Grâce à lui 60 artisanes, des femmes venant du nord-ouest tunisien pourront travailler ensemble pour le développement d’une nouvelle Tunisie.