L’Afrique et ses partenaires doivent se concentrer sur l’intégration, bâtir des institutions solides et des infrastructures pour réussir les PPP, déclare Kaberuka

20/11/2014
Share |

Le président de la BAD a déclaré, jeudi 20 novembre 2014 à Abidjan, que si « l'Afrique est la deuxième région à la croissance la plus rapide au monde, le déficit en infrastructures est critique. » Et d’ajouter : « D'où, pour nous, la nécessité de concentrer nos efforts sur le développement des trois “I”, que sont l’intégration, pour progresser vers un marché unique; les institutions, qui confortent la confiance et la stabilité ; et les infrastructures, pour combler le fossé et assurer la compétitivité des économies africaines. »

Donald Kaberuka s’exprimait à l’ouverture des travaux de la 6e Conférence sur les Partenariats public-privé (PPP) en Afrique. « Nous sommes ici pour trouver des solutions aux besoins de financements. L’Afrique connait un déficit estimé à 42 milliards de dollars par an pour le développement des infrastructures. » Or si « les PPP peuvent aider à combler ce déficit d'infrastructures en Afrique, leur conception, leur structuration et leur mise en œuvre pourraient s’avérer complexes et ardues », a prévenu le président de la BAD.

Aussi, « les pays africains doivent focaliser leurs efforts sur les facteurs propres qui améliorent les chances de succès des PPP, à savoir : un environnement propice, avec à la clef des politiques stables, la stabilité macro-économique et un cadre juridique et politique pour les PPP ; un engagement politique fort et une large adhésion des parties prenantes ; un solide portefeuille de projets viables ; la capacité institutionnelle pour négocier et gérer les contrats ».

Le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, a abondé dans le sens du président de la BAD : « Nous savons tous qu’il ne faut pas croire que les PPP sont la panacée pour tous les problèmes de financement des infrastructures. Ils peuvent parfois poser des problèmes réels pour les finances publiques. »

Aussi est-il nécessaire, selon lui, « de mettre en place une stratégie de promotion des PPP compatible avec les spécificités de nos économies, en veillant à respecter les contraintes de transparence, de compétition et d’équité dans le traitement des candidats mais aussi en ayant en face le bien-être de nos populations. »

Le président Kaberuka a assuré les participants de l'engagement de la Banque africaine de développement à leurs côtés, soulignant que « 60 % de nos engagements financiers annuels pour l’appui de projets vont aux programmes et  projets du secteur des infrastructures. »

La 6e conférence sur les partenariats public-privé en Afrique (dite en anglais, “APPP 2014”) était organisée par AME Trade Ltd, en partenariat avec la BAD. L’événement est destiné à réunir tous les intervenants dans le domaine, privés et publics.

La première session plénière du jour d’ouverture de la conférence s’intitulait « Projets actuels et secteurs clefs pour les PPP ». Elle proposait un focus sur les PPP en Côte d’Ivoire, l’expérience de la BAD en ce domaine et son soutien en faveur d’une croissance inclusive.

État des lieux et perspectives des PPP en Afrique, préparation efficace de projet, expertise de la BAD en la matière, études de cas…, ce sont autant de sujets approfondis et soumis à débat durant les deux jours de la conférence.