L’Afrique après le cycle de négociations commerciales de Doha, 15 Mai 2006, Ouagadougou

15/05/2006
Share |

L’Afrique après le cycle de négociations commerciales de Doha, 15 Mai 2006, Ouagadougou

Président:

  • Dr. Louis Kasekende, Economiste en chef

Intervenants:

  • Mr. James Musoni, Ministre des Finances et de la Planification Economique, Rwanda
  • Prof. Olu Ajakaiye, Directeur de la Recherche, African Economic Research Consortium (AERC), Kenya
  • Prof. Ademola Oyejide, Professeur au Département d’Economie, Université d’ Ibadan, Nigeria
  • Mr. Joseph Setipa, conseiller au cabinet du D.G. de l’OMC, représentant le Directeur Général, Mr. Pascal Lamy

Le séminaire a été centré sur l’état actuel du cycle de négociations commerciales de Doha et les défis qu’ils poseront aux pays africains pour l’ « après-Doha ». Les discussions ont abouti au consensus général qu’avec ou sans succès du cycle Doha, les pays africains auront des difficultés à tirer profit du commerce international, sauf si les contraintes de l’offre sont abordées de manière appropriée. Ceci appelle à des actions coordonnées pour promouvoir des politiques à même de relancer la production et la productivité en vue de la promotion du commerce intra-africain.

Les pays africains auront aussi probablement à faire face aux ajustements des coûts à la hausse consécutifs à l’application des accords du cycle de Doha. Ces pays devront être soutenus pour faire face à ces ajustements de coûts et l’initiative d’« aide pour le commerce » de l’OMC devra être utilisée efficacement pour résoudre ces questions. L’émergence de la Chine et de l’Inde dans l’économie mondiale devrait avoir d’importantes implications pour l’Afrique. Les pays africains devront donc saisir ces nouvelles opportunités pour en même temps réduire les menaces potentielles, a expliqué M. Mohamed Salisu, Economiste de recherche principal à PDRE.1, responsable des questions du commerce.