The Africa CEO Forum / Conférence de clôture: Quelles stratégies de développement pour les champions africains ?

27/11/2012
Share |

L’entreprise africaine au centre des débats

Le AFRICA CEO FORUM est la première rencontre internationale de haut niveau des dirigeants des grandes entreprises africaines. Il réunit les 20 et 21 novembre 2012, chefs entreprises, investisseurs, décideurs financiers, décideurs publics pour promouvoir les réussites du secteur privé africain, offrir une plateforme de dialogue de haut niveau et proposer des solutions stratégiques pour accompagner le développement de l'entreprise africaine et de ses marchés.  

Plaçant l’entreprise africaine au centre des débats, le AFRICA CEO FORUM propose aux dirigeants de grandes entreprises et aux décideurs publics venus de toute l’Afrique de réfléchir ensemble aux priorités de développement qui s’imposent et construire l’avenir économique du continent.

Stratégies de développement des champions africains

Après avoir examiné les scénarios de croissance pour l’Afrique dans un contexte de crise économique mondiale (plénière 1), après avoir évalué les politiques publiques nécessaires pour l’essor des entreprises africaines (plénière 2) et en avoir débattu pendant les deux jours du Forum avec les pouvoirs publics présents, la dernière conférence du AFRICA CEO FORUM a donné la parole aux patrons africains.

Radioscopie des groupes panafricains

Pour Yacin Mahieddine, Associé de PWC, expert qui ouvrait la conférence, le continent compte une centaine de champions, des entreprises de taille significative, présentes dans plusieurs pays, dont les perspectives de développement peuvent les amener à conquérir des marchés à l’international (hors d’Afrique).

Le débat qui a suivi a examiné les obstacles à franchir pour que d’autres champions suivent leur exemple. Pour Miriem Bensalah-Chaqroun, Présidente de la CGEM (Maroc), si l’image de l’Afrique à l’international s’améliore, si les autorités publiques elles-mêmes sont déterminées à favoriser les exportations de leurs entreprises, l’Afrique pourrait compter dix fois plus de champions dans dix ans, soit un millier.

Encore plus ambitieux, Thierry Tanoh, DG du Groupe Ecobank, s’attend à trois à quatre mille champions africains dans dix ans «… si l’Afrique continue de se transformer, si elle favorise le développement du commerce intra-africain et si elle accroît la production de valeur ajoutée sur ses matières premières ».

D’un commun accord,  Mark Cutifani, PDG d’Anglogold Ashanti (Afrique du Sud) et Philippe Espitalier-Noël, PDG du Groupe Rogers (Maurice), ont conclu que de toute façon il faut que l’Afrique se développe plus vite que le reste du monde si elle veut rester une terre fertile pour ses entreprises.

Développement et diversification du financement des entreprises africaines

Pour Alain Penanguer, Associé de Deloitte, expert qui lançait le deuxième thème de la conférence, les sources de financement des entreprises africaines sont encore limitées. Matthieu Pigasse, Vice-président Europe de Lazard & Co, a affirmé que le moment est venu de capitaliser sur le nouvel intérêt international pour l’Afrique et le transformer en appuis financiers.  

Moulay Hafid Elalamy, Président du Groupe Saham (Maroc), a ajouté que « les ressources financières ne manquent pas aux groupes qui se présentent comme africains, et qu’un champion simplement marocain ou autre, n’intéresse pas les investisseurs ». Quant à Henri-Claude Oyima, PDG de BGFI Bank, il a solennellement appelé les Africains fortunés à arrêter d’investir dans les paradis fiscaux pour soutenir en priorité le développement des entreprises africaines.   

Conférence de clôture

Tirant les enseignements des deux jours du premier AFRICA CEO FORUM, et appréciant la satisfaction exprimée par les intervenants et les participants, Amir Ben Yahmed, Directeur du AFRICA CEO FORUM et vice-président du Groupe Jeune Afrique, a annoncé qu’il ferait le nécessaire pour que les débats et les décisions soient prolongés jusqu’à la prochaine édition, grâce un livre blanc, qui sera publié au début de l’année 2013 et remis aux autorités africaines, et à la création d’un groupe de réflexion placé au service des dirigeants d’entreprises africaines. Mouhamadou Niang, au nom de Donald Kaberuka, président de la Banque Africaine de Développement, a annoncé pour sa part la création d’un advisory board destiné à favoriser le dialogue avec le secteur privé africain et a donné rendez-vous à tous pour la prochaine édition du AFRICA CEO FORUM, dont la date et le lieu seront annoncés dans les prochaines semaines.