Rapport de la commission de l'Afrique - Un partenariat international pour « booster » la croissance économique

13/05/2009
Share |

Dakar, 13 mai 2009 - Le rapport de la Commission de l’Afrique a été lancé par le ministre de la Coopération et du développement du Danemark, Ulla Toernaes. Elle a dévoilé le résultat d’un  travail et l’engagement collectif entamé depuis l’année dernière pour chercher des solutions susceptibles d’aider l’Afrique à trouver la voie du développement.

La présentation du rapport, selon Ulla Toernaes, doit conduire maintenant vers l’exécution des recommandations centrées vers l’adoption de stratégies pour tirer la croissance et conduire l’Afrique vers l’atteinte des OMD. C’est la volonté de la Commission de l’Afrique dont la création remonte à 2008 par le premier Ministre du Danemark pour aider l’Afrique à tirer profit de la mondialisation. Composée de chefs d’Etat, d’experts, représentants d’organisations internationales et régionales, entre autres, elle a développé plusieurs solutions vers le développement économique et social de l’Afrique.

Parmi les objectifs  ciblés, il y a le développement du secteur privé considéré comme le fer de lance de la croissance, la création d’emplois pour les jeunes, l’éducation, le renforcement des capacités, etc. L’ambition collective, rappelle le ministre du Danemark, c’est de créer un partenariat international en vue de susciter une nouvelle dynamique qui devrait permettre à l’Afrique de poser des jalons importants. Cela est fondamentale, à son avis, si l’on veut atteindre les OMD. Après donc le lancement, la tâche est maintenant d’aller vers l’exécution des résultats, pour que le document ne soit pas un « gros rapport » de plus qui va être rangé dans les tiroirs. « Ce qui est attendu, ce sont surtout des actions concrètes qui vont profiter à la jeunesse africaine », souhaite Ulla Toernes.  

Au vu de l’importance des jeunes en Afrique, elle estime qu’il est essentiellement de mettre l’accent sur l’éducation et de « booster » le marché de l’emploi. Elle appelle également l’Afrique à s’intégrer davantage pour bénéficier des fruits de la mondialisation. Dans cette perspective Ulla Toernaes pense qu’il est essentiel d’aider le secteur privé pour qu’il puisse tirer la croissance et entraîner la réduction de la pauvreté.