Journée de l'Afrique au 4e Forum mondial de l'eau

20/03/2006
Share |

Les ministres africains de l'eau appellent à la mise un place d'un système d'alerte pour réguler les catastrophes liées a l'eau

Mexico, 19 mars 2006 (communiqué de presse conjoint Bad, Facilité africaine de l'eau, Conseil ministériel africain de l'eau, CEA, Nepad): Les ministres africains de l'eau qui ont assisté au Forum mondial de l'eau à Mexico City aujourd'hui ont déclaré qu'ils promouvront la coopération pour la mise en œuvre d'un système efficace d'alerte pour la prévention et la régulation des catastrophes liées à l'eau et ont appelé les partenaires du développement à soutenir les efforts de l'Afrique dans cet objectif. 

Dans une déclaration en sept points présentée lors du lancement de 3 documents régionaux - leRapport africain sur le développement de l'eau, le document régional africain sur le Développement des ressources en eau en Afrique et la Déclaration ministérielle de Mexico sur l'eau, les ministres ont reconnu la vulnérabilité de l'Afrique face aux changement global de climat causé par l'effet de serre et les émissions du monde développé et ont affirmé que des systèmes d'alertes préventifs contribueraient a réduire l'impact de ces catastrophes sur le développement économique, la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté.

Entre autres participants, Mme Maria Mutagamba, présidente du Conseil des ministres africains chargés de l'eau (AMCOW) et ministre des ressources en eau de l'Ouganda, M. Francis Bougaire, vice-président de l'AMCOW-Tac (comité techniquede l'Amcow), M. Loïc Fauchon, président du Conseil mondial de l'eau, Mme Anna Tibaijuka, directrice exécutive de UN-Habitat, et M. Kordjé Bedoumra, directeur de la Facilité africaine de l'eau, administrée par la Banque africaine de développement, ont participé à cette séance de lancement.

Pour que l'Afrique puisse atteindre les Objectifs de développement du millénaire (ODM) dont le but est de réduire de moitié la proportion de personnes sans accès à l'eau potable et à l'assainissement à l'horizon 2015, un énorme investissement pour l'alimentation en eau et l'assainissement est nécessaire. Dans cette perspective, les ministres ont reconnu l' Initiative pour l'alimentation en eau et en assainissement en milieu rural  comme le cadre légitime pour un accès renforcé et durable à l'alimentation en eau et en assainissement pour les populations rurales en Afrique

Ils ont également appelé les pays riverains africains à développer «un cadre de coopération et des protocoles sous régionaux appropriés» pour la gestion partagée et l'utilisation des ressources en eaux transfrontalières car une telle coopération «contribue à la gestion durable de l'eau et aux bénéfices communs.»

Afin de réaliser une «croissance auto générée et auto maintenue», les ministres ont également fait appel à un investissement accru consacré aux infrastructures pour l'eau et ont encouragé les partenaires de développement à renforcer leur assistance financière et technique à l'Afrique afin d'assurer la sécurité alimentaire et énergétique ainsi que l'accès à l'alimentation en eau propre et à l'assainissement pour tous.

Les ministres ont exprimé leur satisfaction concernant l'établissement réussi de la Facilité africaine de l'eau en tant que mécanisme de soutien des efforts de développement des ressources en eau et ont incité les partenaires de développement à honorer leurs engagements financiers pour soutenir la Facilité.

Cependant, les ministres ont également indiqué qu'ils envisageaient également de se tourner vers «de nouveaux mécanismes de financement, comprenant des partenariats public-privé effectifs, tout en garantissant l' appropriation africaine, le contrôle public et les cadres juridiques pour protéger les intérêts publics,  et plus particulièrement ceux des pauvres et des faibles».

Suite à la session de lancement lors d'une conférence de presse commune, la Banque africaine de développement et UN-HABITAT ont annoncé qu'un accord entre les deux institutions avait été signé pour le déboursement d'environ 550 millions de dollars EU afin d'accélérer les chances de l'Afrique de réduire de moitié la proportion des habitants du continent sans accès à l'eau potable et à l'assainissement en 2015 (photo: échange des accords ; préalablement signés par le président de la BAD D. Kaberuka ; entre K. Bedoumra et A. Tibaijuka).

Ce fonds sera distribué sous forme de dons et de prêts dans les villes secondaires d'Afrique, fréquemment exclues de l'approvisionnement en eau par les gouvernements, a déclaré Mme Anna Tibaijuka, directrice exécutive d'UN-Habitat. Elle a ajouté que près de 200 millions de dollars EU seraient attribués sous forme de dons et que plus de 250 millions de dollars EU seraient octroyé en tant que prêts pour le financement de projets pour l'eau en Afrique.

Mme Tibaijuka a déclaré que le futur de l'eau et de l'assainissement en Afrique était radieux car des projets étaient mis en œuvre sur le terrain pour ouvrir à nouveau les robinets et a ajouté que le temps des discussions était révolu.

 

Contacts:

 

  • Yinka Adeyemi
    Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique
    Tel: +52 55 32 70 0887
    E-mail: yadeyemi@uneca.org