Partenariat Afrique-Inde en débat : un moment de partage d’expériences en matière de financement de projets en Afrique

29/05/2015
Share |

La Journée du partenariat Afrique-Inde a été l’un des événements majeurs des Assemblées annuelles 2015 de la Banque africaine de développement. Organisée le 27 mai à Abidjan conjointement par le Département du secteur privé de la BAD et la Banque d’export-import de l’Inde (Exim Bank of India), cette rencontre a rassemblé les organismes de financement, les partenaires au développement, les chercheurs et d’autres acteurs clés du secteur privé de l’Afrique et de l’Inde. L’objectif est d’identifier les opportunités d’affaires mutuellement gagnantes pour le continent et pour l’Inde.

Lors de sa présentation en séance plénière, le directeur général de l’Exim Bank of India, Yaduvendra Mathur, a souligné la pertinence du partenariat entre l’Afrique et l’Inde, qui, de son point de vue, est prometteur et permettra aux deux parties de partager leurs expériences dans le domaine du financement de projets par le biais de prêts et de garanties.

Le directeur général a ajouté que son institution s’engageait à soutenir aussi bien le développement de l’Afrique que celui de l’Inde, et il a affirmé que l’Exim Bank of India s’intéressait particulièrement aux secteurs de l’agriculture, de la haute technologie et des infrastructures (énergie et électricité, transports, TIC). À cet égard, il a annoncé l’ouverture prochaine d’une succursale de l’Exim Bank of India en Côte d’Ivoire, et ajouté que son institution continuerait de soutenir les entreprises indiennes prêtes à investir dans ces secteurs en Afrique.

Il a également signalé que l’Exim Bank of India facilite les investissements réalisés conjointement par des sociétés indiennes et étrangères sur les marchés africains, en plus de la facilitation des investissements et des exportations des entreprises africaines vers l’Inde. « Au 31 mars 2015, l’Exim Bank a soutenu cinq projets de ce type en Afrique de l’Ouest, pour un montant total de 447,3 millions de dollars », a déclaré Mathur. Au niveau institutionnel et de la recherche, l’Exim Bank of India a également expliqué qu’elle s’efforçait de développer délibérément un réseau d’alliances et des liens institutionnels visant à renforcer la coopération économique, tout en encourageant et en facilitant le commerce bilatéral et les investissements entre l’Inde et l’Afrique.

Autre fait saillant de la conférence, une table ronde sur le développement et le cofinancement de projets a réuni Jean-Louis Billon, ministre ivoirien du Commerce, Kodeidja Diallo, directrice du Département du développement du secteur privé de la BAD, M. S. Prahalathan, directeur général de l’Exim Bank of India, et Sanjay Ghag, vice-président, de la société Infrastructure Leasing & Financial Services of India (IL & FS) Ltd. Chacun d’entre eux a exprimé le besoin d’approfondir la coopération entre l’Inde et l’Afrique, afin de stimuler le développement du continent.

S’exprimant au nom de Solomon Asamoah, vice-président en charge de l’Infrastructure, de l’Intégration régionale et du Secteur privé (OPSD) de la BAD, Mme Kodeidja Diallo a souligné le rôle de la Banque dans le financement de projets du secteur privé dans la région, et elle s’est longuement appesantie sur la collaboration entre l’Inde et la BAD, qui a débuté au moment où l’Inde est devenue membre du Fonds africain de développement et de la BAD (respectivement en 1982 et en 1983).

Des idées pratiques concernant le partenariat Inde-Afrique ont été mises en avant lors d’une session interactive de questions et réponses, au cours de laquelle la directrice du secteur privé de la BAD a affirmé que les portes étaient grandes ouvertes pour les entreprises d’infrastructures indiennes agissant en capacité de contractants, de fournisseurs et surtout de sponsors.

Elle a également fait remarquer que depuis 2009, l’Exim Bank of India et la BAD collaborent plus étroitement. De cette collaboration a découlé la création de la Kukuza Project Development Company, une société d’investissement de capitaux à risque dans le secteur des infrastructures, dont la capitalisation totale s’élève à 25 millions de dollars. Infrastructure Leasing & Financial Services Limited (IL & FS Ltd.), l’Exim Bank of India, la Banque nationale de l’Inde (State Bank of India), Allied Investment Partners of Abu Dhabi et la BAD en sont les actionnaires. 

Il a également été signalé que l’Exim Bank of India est l’un des rares partenaires qui travaillent avec l’Afrique par le biais de la BAD. « L’institution a étendu les lignes de crédit concessionnelles aux pays africains qui cherchent à développer leurs infrastructures, comme la République démocratique du Congo, qui a bénéficié d’une ligne de crédit d’environ 170 millions de dollars US pour financer et développer des centrales hydroélectriques », a expliqué Mme Diallo de la BAD.

« L’approche collaborative demeure essentielle, que ce soit entre les producteurs, les distributeurs, les importateurs et les exportateurs, ou entre les entreprises et le secteur financier » a-t-elle ajouté.

L’Exim Bank of India, avec sa gamme complète de services de financement, de conseil et d’accompagnement, a clairement fait comprendre qu’elle cherche à créer un environnement propice aux flux commerciaux, technologiques et d’investissement entre l’Inde et l’Afrique. Elle a également pour objectif de promouvoir le développement des infrastructures, de faciliter le développement du secteur privé dans les pays hôtes et de contribuer au renforcement des institutions dans la région.