L’Afrique est “une terre d’opportunités”, et elle peut aider le monde à renouer avec la croissance – a déclaré Donald Kaberuka, président de la BAD, au Sommet du G20 à Paris

21/10/2011
Share |

« L’Afrique est une terre d’opportunités et de croissance », a déclaré Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement, dans un discours prononcé lors d’une réunion du G20 à Paris, le 21 octobre, en prélude au sommet de Cannes prévu en novembre.

Il a fait observer qu’au cours de la dernière décennie, l’Afrique a fait un grand bond en avant et laissé derrière elle la stagnation du passé.

M. Kaberuka a ajouté que la présidence française du G20 pourra contribuer à ce momentum pour libérer le potentiel de l’Afrique et de l’ensemble des pays en voie de développement, pour le bien de l’Afrique mais aussi celui du monde.

L’Afrique est un continent “porteur de grands espoirs”, a-t-il souligné, du fait de l’appui de ses partenaires, des talents de ses jeunes et de ses entrepreneurs compétents ainsi que des réformes économiques engagées au fil des ans.

Il a toutefois fait une mise en garde. M. Kaberuka a indiqué que des erreurs ont été commises dans le passé, et qu’il reste des poches de difficultés dans la gouvernance économique, la gestion de l’espace politique et des ressources naturelles.

 “Nous demeurons prudents et vigilants face aux risques tant internes qu’externes”, a-t-il commenté.

Il a également souligné qu’il est important de poursuivre la construction et le développement des infrastructures en Afrique, pour maintenir la croissance économique.  Il a mis l’accent sur l’importance que revêt l’intégration du secteur privé dans ces projets.

Toujours dans le domaine de la croissance économique, il a relevé l’importance d’une croissance qui soit inclusive et porte à tous les citoyens la prospérité apportée par le succès économique.

La croissance inclusive est au cœur de l’avenir de l’Afrique du nord, où le Printemps arabe a démontré la nécessité de la démocratie totale, et de la pleine participation des jeunes à la vie économique et sociale de leurs pays.

Il a noté que les Tunisiens vont aux urnes le 23 octobre. Les résultats, a-t-il dit, seront importants pour l’avenir et la prospérité de la région au sud de la Méditerranée, qui abrite 215 millions de personnes, dont 50 millions de moins de 15 ans.

En conclusion, M. Kaberuka a rappelé : « Aujourd’hui plus que jamais, le monde a besoin d’une dynamique de croissance pour prendre à bras le corps les multiples défis à relever : le chômage, le déficit, la dette et la pauvreté. L’Afrique et ses institutions veulent jouer leur rôle dans cette dynamique renouvelée de croissance, dont l’économie mondiale a besoin aujourd’hui. »