Depuis vingt ans, l’Afrique se démarque par des taux de croissance exceptionnels

14/05/2007
Share |

Pour la quatrième année consécutive, la croissance économique de l’Afrique en 2006 était bien au-dessus des prévisions à long terme et devrait s’accélérer en 2007, déclare le rapport BAD-OCDE

Shanghai, le 13 mai 2007 – Depuis vingt ans, l’Afrique enregistre ses taux de croissance les plus élevés. Avec un PIB annuel moyen de 5 % au cours des six dernières années, passé à 5,5 % en 2006, il devrait atteindre en 2007 les 6 %, révèle le nouveau rapport conjoint de la Banque africaine de développement et du Centre de développement de l’OCDE, dont le lancement a eu lieu dimanche 13 mai à Shanghai.

Selon le rapport des Perspectives économiques en Afrique 2006/7, les principaux piliers de cette performance ont été une forte demande externe en minerais métallifères et non métallifères, l’accroissement des investissements dans ces secteurs et de bonnes conditions climatiques favorables à l’agriculture. Le recours continu à des politiques macroéconomiques fortes dans la plupart des pays a renforcé de manière générale la confiance du milieu des affaires et entraîné une augmentation de l’investissement privé.

« Il reste encore au continent à accélérer et soutenir le niveau de croissance de 7 a 8% afin d’atteindre l’objectif du millénaire pour le développement (OMD) concernant la réduction de moitié de l’extrême pauvreté d’ici 2015» déclare M. Louis Kasekende, l’économiste en chef de la Banque africaine de développement.

Selon les nouvelles économies sud-africaines (NESA), qui comptent pour la moitié du PNB du continent et presque un tiers de sa population, dans les quatre plus grands pays d’Afrique (Afrique du Sud, Algérie, Nigeria et Egypte), la croissance est restée solide. Les pays des nouvelles économies sud-africaines ont enregistré un taux moyen de croissance annuel de 5,1 %. Dans les autres pays d’Afrique, les taux de croissance économique étaient même plus élevés, atteignant une moyenne de 6 %. Les pays exportateurs nets de pétrole ont enregistré dans l’ensemble de forts taux de croissance avoisinant les 5,9 %, tandis que les pays importateurs nets de pétrole ont enregistré un taux de croissance moyen de 5,2 %.

Si l’on regarde la situation des sous-régions, le taux de croissance moyen de l’Afrique du Sud devrait passer de 5,4 % en 2006 à 6,1 % en 2007. En Angola, le taux de croissance devrait doubler et atteindre les 27 % en 2007 (essentiellement du fait de l’essor, dans les nouveaux champs, de l’activité du secteur pétrolifère et, dans une moindre mesure, de l’expansion de la production de diamant).

En Afrique du Sud, l’envolée de la consommation explique en grande partie le taux de croissance le plus élevé depuis la fin de l’apartheid, à 5 %. Selon les projections pour l’Afrique du Sud, le PIB devrait rester stable et sa croissance avoisiner les 4,5 % en 2007 et 2008, marque d’une rupture importante par rapport aux taux de croissance relativement lents des dix dernières années. Au Zimbabwe, en 2006, l’activité économique a continué à ralentir, reculant de 5 %.

La croissance du PIB des pays d’Afrique du Nord devrait se maintenir autour des 6% en 2007 et 2008 en raison des taux de croissance exceptionnels attendus en Mauritanie et au Soudan, majoritairement issus de l’augmentation de la production de gaz et de pétrole. Un fort taux de croissance ressort également en Egypte (6,8 %). Au Maroc, le redressement de la production agricole et la fin de la période de sécheresse ont permis d’enregistrer en 2006 un taux de croissance du PNB de 7,3 %.

La croissance économique des pays d’Afrique de l’Ouest devrait s’accélérer et passer de 4,8  % en 2006 à 5,9 % en 2007. Au Nigeria, la croissance du PNB de 5,3 % en 2006 devrait évoluer vers les 7 % en 2007 du fait de l’emballement récent des prix du pétrole, du développement de l’activité pétrolière qui a suivi le retour de la stabilité dans la région du delta du Niger et de la croissance rapide et continue des secteurs non reliés au pétrole de l’agriculture et des services. Les performances de la Sierra Leone et du Ghana ont continué à être relativement fortes en 2006 (7,4 % et 6,1 % respectivement). Dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine, la situation politique de la Côte d’Ivoire et la réduction de la production de céréales et d’arachides ainsi que le déclin de la production industrielle ont affecté les performances économiques de 2006.

La croissance moyenne du PNB en Afrique centrale devrait passer de 3,9 % en 2006 à 5,2 % en 2007 puis s’accélérer en 2008 pour atteindre les 6,3 %. Toutefois, des prévisions de croissance optimistes sont observées pour la République centrafricaine et le Rwanda. Pour la République Démocratique du Congo, la croissance devrait se maintenir au niveau de 2006 (6,2 %), en majeure partie du fait de l’accroissement des dons en faveur de la reconstruction.

CONTACT: Felix Njoku – Tél: +216 71 10 26 12 – E-mail: f.njoku@afdb.org


Contact

Felix Njoku Téléphone: +216 71 10 26 12