L'Afrique au centre du 4e Forum mondial de l'eau

17/03/2006
Share |

Mexico City, 17 mars 2006 - L’Afrique exploite seulement trois pourcent de son potential hydroéléctrique alors que six pourcent de ses terres cultilvées sont irriguées selon le nouveau rapport qui sera présenté le 19 mars 2006 lors de la journée Afrique du 4ème Forum Mondial de l’eau à Mexico City: Les ministres africains ont souligné cette situation aujourd’hui à Mexico City tout en déclarant ouvert le pavillon africain dans une ambiance festive emplie du son des percussions et des danses traditionnelles africaines. 

Le rapport intitulé le Développement des resources en eau en Afrique a été préparé par la Banque africaine de développement; à la demande du Conseil des Ministres africains chargés de l’eau (AMCOW), les agences des Nations Unies pour l’eau et pour l’Afrique, la Commission économique pour l’Afrique des Nations Unies (ECA) et le Secrétariat du Nepad. Au total, comme le mentionne le rapport, seulement 3, 8% des ressources en eau sont exploitées pour l’alimentation en eau, l’irrigation et l’hydroélectricité.

Les partenaires qui ont contribué au rapport; ont par conséquent fait appel à la mobilisation d’énormes investissements pour l’agriculture irriguée,  l’alimentation et l’assainissement; et la décentralisation des services d’alimentation en eau et d’assainissement aux niveaux administratifs adéquats.

«Une gouvernance de la gestion des ressources en eau à tous les niveaux transparente, ouverte, fiable, consciente de l’importance de l’implication des femmes, et riche en échange d’informations est nécessaire», a declaré M. Kordjé Bedoumra, Directeur de la Facilité africaine de l’eau lors d’un entretien avec les médias immédiatement après l’inauguration.

M. Bedoumra (photo du bas à gauche) a ajouté que cette situation pourrait se réaliser dans la mesure où des changements appropriés de politiques soient mis en oeuvre au niveau national comme régional pour attirer des investissements dans l’agriculture et négocier un meilleur accès aux marchés.

Actuellement près de 300 millions  des personnes en Afrique n’ont pas accès à une eau propre, près de 313 millions n’ont pas accès à l’assainissement et plus de 88 millions de personnes souffrent de malnutrition. Un investissement annuel de 4, 7 milliards de dollars EU est requis pour assurer la sécurité alimentaire en Afrique et près de 20 milliards de dollars EU sont nécessaires pour que les pays africains atteignent les objectifs de la Vision pour l’eau en 2025.

Pourtant, comme le souligne le rapport, le volume du soutien financier et technique engagé jusqu’à présent est loin d’atteindre ce qui est requis et  comporte pour la plupart des promesses qu’il reste à honorer.

Le Ministre éthiopien des ressources en eau, M. Asfaw Dingamo et son homologue de la République du Congo Brazzaville, M. Bruno Jean Richard Itoua (photo, à droite), ont inauguré le pavillon au nom de l’ AMCOW.