Alain Ebobissé, nouveau directeur général du fonds Africa50 dédié aux infrastructures

06/04/2016
Share |

Le Conseil d’administration du fonds Africa50 a le plaisir d’annoncer la nomination d’Alain Ebobissé au poste de directeur général d’Africa50, plateforme d’investissement panafricaine dans les infrastructures.

Créé à l’initiative de la Banque africaine de développement (BAD) et lancé officiellement en septembre 2014 au Maroc, le fond Africa50 a été doté, grâce à la BAD et aux souscriptions de pays africains, d’un capital initial de 830 millions de dollars EU.

« C’est avec grand plaisir que j’accueille M. Ebobissé à Africa50, a déclaré le président de la BAD Akinwumi Adesina, qui préside à ce titre le Conseil d’administration du fonds d’investissement. Sa grande expérience et son leadership mondial reconnu en matière de développement d’infrastructures seront essentiels, car nous voulons faire d’Africa50 une société d’investissement dans les infrastructures efficace et fructueuse, qui soit reconnue comme leader dans le développement et l’investissement dans les projets d’infrastructures en Afrique, et qui jouisse d’une réputation d’excellence et de crédibilité sur le continent et au-delà »,

Ressortissant camerounais, Alain Ebobissé est un spécialiste reconnu du financement et du développement d’infrastructures, et un fin connaisseur du continent africain, deux champs d’expertise qu’il a conjugués tout le long de sa carrière à l’international et à de hautes fonctions.

« Je suis heureux d’avoir l’occasion de diriger Africa50, de servir l’Afrique et de travailler avec des partenaires gouvernementaux et des investisseurs privés, pour mettre en place et financer un grand nombre de projets d’infrastructures bancables sur le continent, sur la base d’une discipline commerciale rigoureuse et de principes d’investissement solides », a déclaré Alain Ebobissé. Et d’ajouter : « Je me réjouis de collaborer avec le Conseil d’administration et de mettre sur pied une équipe de professionnels expérimentés et hautement qualifiés en investissement dans les infrastructures, qui va nous permettre de transformer le panorama africain des infrastructures. »

« M. Ebobissé a dirigé avec succès le développement, la structuration, le financement et la participation au capital d’infrastructures privées et publiques-privées sur les marchés émergents », a souligné le président Akinwumi Adesina.

Avant sa nomination à la tête d’Africa50, Alain Ebobissé dirigeait le Fonds mondial pour le développement de projets d’infrastructures (« IFC InfraVentures ») du Groupe de la Banque mondiale, une structure dont il a dirigé la conception, la structuration et la mise en œuvre dès son lancement. À ce poste, il supervisait une équipe de spécialistes des infrastructures chevronnés et hautement qualifiés et pilotait l’élaboration de plusieurs projets d’infrastructures – et les investissements associés – tant en Afrique, qu’en Asie, en Europe et en Amérique latine.

Outre IFC InfraVentures, Alain Ebobissé était aussi responsable des investissements au Département des infrastructures mondiales et des ressources naturelles de la Société financière internationale (SFI), la branche du Groupe de la Banque mondiale dédiée au secteur privé.

Avant de rejoindre la SFI, en 1998, M. Ebobissé a occupé différentes fonctions dans le secteur de la finance en France, notamment celle de responsable adjoint du financement de projets et des financements structurés à la Caisse des dépôts et consignations, à Paris. Il est titulaire d’une maîtrise en gestion des entreprises de l’International School for Management Development (IMD) de Lausanne, en Suisse.

Pour financer ses infrastructures, l’Afrique aurait besoin de quelque 95 milliards de dollars EU par an, selon les estimations. En 2012, les chefs d’État africains avaient ainsi appelé, dans une déclaration commune sur le Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (dit PIDA par acronyme anglais), à mettre en œuvre des solutions innovantes pour accélérer le déploiement des infrastructures en Afrique. C’est précisément à cet appel que répond le lancement d’Africa50, entreprise à vocation commerciale, sous les auspices de la BAD et de nombreux Etats africains.


À propos d’Africa50

Africa50 est un organisme financier spécialisé dans les infrastructures, créé à l’initiative de la Banque africaine de développement et dont l’Assemblée générale constitutive d’Africa50 s’est tenue le 29 juillet 2015 à Casablanca, au Maroc. Ce fonds d’investissement, établi à Casablanca, au Maroc, a pour objectif  d’aider à accélérer le développement des infrastructures en Afrique. À ce jour, 22 pays africains ont souscrit au capital d’Africa50 : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Congo, la Côte d’Ivoire, Djibouti, l’Égypte, le Gabon, le Ghana, le Kenya, Madagascar, le Malawi, le Mali, la Mauritanie, le Maroc, le Nigeria, le Niger, le Sénégal, la Sierra Leone, le Soudan, la Gambie et le Togo.

Si la première tranche de souscription était réservée aux seuls pays africains, les prochaines levées de fonds devraient être ouvertes, non seulement aux pays africains qui n’ont pas encore souscrit au capital d’Africa50, mais aussi aux investisseurs non souverains, en Afrique et au-delà.

L’objectif est de lever 3 milliards de dollars EU à moyen terme, pour conduire des investissements dans des projets d’infrastructures commercialement viables sur le continent. Africa50, société d’investissement à vocation commerciale, répond à des normes strictes en matière de gouvernance institutionnelle, d’éthique, d’environnement et de responsabilité sociale.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site Internet : www.africa50.com