Conférence de Kigali : Les pays africains doivent intensifier les actions en vue d’une croissance inclusive et durable

30/10/2012
Share |

La Conférence économique africaine qui se déroule du 30 octobre au 2 novembre, à Kigali, au Rwanda, offre l’occasion à plus de 60 journalistes d'Afrique ou d'autres régions du globe d'avoir un dialogue constructif avec Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement (BAD) et Helen Clark, l'administratrice du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Durant la conférence de presse qui a suivi la séance d'ouverture le mardi, les responsables respectifs de ces institutions ont répondu aux questions portant sur l'exploitation minière, les matières premières de base, l'enseignement, la santé, l'énergie et les infrastructures.

M. Kaberuka et Mme Clark ont souligné les opportunités existant en Afrique, malgré « les temps incertains dans lesquels nous vivons ». Leurs messages principaux s'accordent à dire que l'Afrique est sur la bonne voie, mais ils ont insisté sur la nécessité que les gouvernements intensifient leurs actions en faveur d'une croissance inclusive qui fait progresser le développement humain.

Helen Clark a également mis en évidence le changement important et les progrès réalisés par l'Afrique dans les réformes économiques et le développement au cours de la dernière décennie, ainsi que le rôle de catalyseur joué par la Banque africaine de développement dans ce processus.

Elle s’est également félicitée du formidable succès économique de certains pays, « qui est l’œuvre de dirigeants transformationnels qui ont fait progresser leur nation dans de si nombreux domaines».

Le président Kaberuka, pour sa part, a réitéré le rôle joué par la BAD dans le domaine des infrastructures. « La dynamique de l'économie africaine est prometteuse », a-t-il ajouté.