La Banque africaine de développement et MasterCard œuvrent pour élargir l’inclusion financière en Afrique

22/01/2015
Share |

Le jeudi 22 janvier à Davos, en Suisse, la Banque africaine de développement (BAD) et MasterCard ont annoncé la mise en place d’une  importante  collaboration afin de renforcer l’inclusion financière sur  le continent africain. Cette initiative vise à concevoir des solutions  favorisant la croissance inclusive en Afrique en élargissant la disponibilité et l’utilisation des services financiers numériques.

MasterCard apporte son expertise reconnu pour la conception et le développement d’une infrastructure et de solutions de services financiers inclusifs. La BAD défend activement une croissance économique durable ainsi qu’une réduction de la pauvreté en Afrique. Ensemble, ils coopèreront avec les autorités africaines et les entreprises privées locales afin de créer et de proposer des services abordables qui répondent aux besoins d’un grand nombre de consommateurs, notamment les personnes traditionnellement non bancarisées. 

Plus précisément, la collaboration  vise les objectifs suivants :

  • Mettre au point des systèmes financiers africains cohésifs qui favorisent l’inclusion à l’échelle nationale et permettent d’apporter des services aux populations traditionnellement exclues.
  • Investir dans une sélection d’entreprises et de solutions de services financiers innovantes qui visent à éliminer les obstacles entravant l’inclusion financière.
  • Favoriser le partage des connaissances entre les secteurs universitaire, politique et commercial afin de créer un leadership éclairé en matière d’inclusion financière et de développement économique. 

Donald Kaberuka, président de la BAD, a indiqué que : « Malgré la croissance économique phénoménale de l’Afrique, la prospérité n’a pas profité à tous de manière égale, et la majorité de la population n’a pas constaté d’amélioration de ses moyens d’existence. Pour être viable socialement et politiquement, la croissance doit être inclusive. Or, le développement inclusif passe par l’inclusion financière, un domaine dans lequel l’Afrique a accumulé du retard par rapport aux autres continents. En élargissant l’accès aux services financiers, nous entendons augmenter l’épargne des ménages, réunir des capitaux qui pourront être investis, élargir la classe des entrepreneurs et permettre à un plus grand nombre de gens d’investir dans leur propre développement, ainsi que celui de leur famille. »

Ajay Banga, PDG de MasterCard, a déclaré : « En Afrique, moins d’un adulte sur quatre possède un compte auprès d’une institution financière officielle. Tout en reconnaissant les accomplissements de nos partenaires industriels dans la région, nous pensons que notre expertise en matière de paiement ainsi que la cinquantaine d’années d’expérience de la BAD dans le financement de la transformation économique de l’Afrique nous permettront d’agir à grande échelle et d’apporter un changement durable. Pour réaliser de tels objectifs, il est indispensable que le secteur public et le secteur privé unissent leurs ressources et agissent ensemble. »