Intégration régionale : la nouvelle politique et stratégie de la BAD adoptée au Conseil d’administration

19/11/2014
Share |

Le Conseil des directeurs exécutifs du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, ce 19 novembre 2014, la nouvelle Politique et stratégie d’intégration régionale (PSIR) pour la période de 2014 à 2023. Celle-ci met l’accent sur la création de marchés plus vastes et attractifs, la nécessité de relier les pays enclavés aux marchés internationaux et sur la promotion du commerce intra-africain afin de favoriser le développement du continent. 

Dans sa présentation devant le Conseil d’administration, Sylvain Maliko, directeur de la Division de l’intégration régionale et du commerce du NEPAD, a indiqué que cette nouvelle PSIR, qui remplace la précédente Stratégie d’intégration régionale (SIR), mettre à jour la Politique de coopération économique et d’intégration régionale de la BAD. La PSIR guidera le soutien que la Banque accorde aux pays et aux institutions régionales en matière d’intégration régionale, en valorisant le rôle que joue la BAD en tant que financier, catalyseur et transmetteur de savoir.

Un accent particulier est mis sur le renforcement du commerce et le développement industriel, dans le but de créer des emplois et de stimuler une croissance inclusive. Une importance accrue est également accordée aux enjeux relatifs aux infrastructures « immatérielles », s’agissant notamment de facilitation du commerce, de réformes politiques, ainsi que d’harmonisation des politiques et réglementations touchant aux infrastructures, aux échanges commerciaux et aux investissements. Le président de la BAD, Donald Kaberuka, a fait remarquer qu’investir dans des domaines liés aux infrastructures « immatérielles » exige moins de ressources, mais peut accroître l’efficacité des infrastructures régionales, favorisant ainsi l’intégration, la croissance économique et les résultats de développement.

Le Département de l’intégration régionale et du commerce de la BAD a élaboré cette stratégie, de concert avec les pays membres régionaux de la Banque (PMR), les communautés économiques régionales (CER) et des instances continentales majeures, telles que la Commission de l’Union africaine (CUA), la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) et l’Agence de planification et de coordination du NEPAD. Ont également participé des établissements de recherche et des groupes de réflexion, ainsi que le secteur privé, via des organismes comme les Conseils d’affaires du NEPAD, des associations pour les corridors de transport, et des institutions financières pour le développement. La PSIR reflète ainsi les vues d’un large éventail de parties prenantes, qui l’ont approuvée.

Grâce à la PSI, la Stratégie décennale de la BAD sera opérationnelle, réaffirmant la volonté de la Banque de promouvoir l’intégration régionale en Afrique, un projet qu’elle a classé parmi ses cinq domaines d’action prioritaires pour la décennie 2013-2022. Pour ce faire, la stratégie se concentre sur deux grandes thématiques d’assistance complémentaires :

  • Appuyer le développement d’infrastructures régionales : des infrastructures régionales appropriées sont la cheville ouvrière de l’intégration et de la compétitivité économiques de l’Afrique. Elle est indispensable pour appuyer le commerce régional et mondial, désenclaver les pays dépourvus de littoral, promouvoir l’inclusion spatiale et pour réduire les coûts de l’énergie et des TIC – des facteurs qui jouent tous un rôle vital dans le développement des capacités productives de l’Afrique. La BAD restera à l’avant-poste des opérations destinées à financer des corridors de transport en Afrique. Par ailleurs, elle s’emploiera à consulter systématiquement les populations des villages riverains des corridors de transport, afin de mettre en place des investissements supplémentaires qui pourraient servir à ajouter de la valeur aux projets et à mieux en répartir les bénéfices (en créant par exemple des stands pour les commerçants, des écoles et des systèmes de distribution d’eau).
  • Stimuler l’industrialisation et le commerce : l’industrialisation figure au cœur du programme d’intégration de plusieurs communautés économiques régionale, qui escomptent un appui de la Banque en ce domaine. La Stratégie décennale de la Banque stipule également la nécessité de soutenir le programme de transformation de l’Afrique, y compris « le développement d’industries susceptibles d’accroître l’impact des sources existantes d’avantage comparatif et d’améliorer la compétitivité mondiale de l’Afrique ». Pour atteindre ces objectifs, la BAD viendra appuyer les mesures relatives au développement de chaînes de valeur régionales et mondiales, à la levée des obstacles freinant la facilitation du commerce, à la facilitation des systèmes de paiements et des marchés financiers régionaux, et à la mise en œuvre de cadres et de programmes stratégiques en faveur du développement industriel et de l’essor des échanges commerciaux et des investissements.

Afin d’encourager l’exécution de ces deux domaines thématiques, la stratégie aborde un ensemble d’enjeux transversaux, dans le dessein de renforcer les mécanismes et les capacités institutionnels de mise en œuvre à l’échelle du pays et de la région. Elle esquisse également des mesures destinées à optimiser le suivi et la diffusion des initiatives et des résultats.

Moono Mupotola, responsable de la Division pour l’intégration régionale et le commerce, a précisé que son équipe collaborait déjà avec la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) et la Commission de l’Union africaine (CUA), pour élaborer et appliquer un système d’indicateurs destinés à assurer le suivi de l’intégration régionale en Afrique. La Banque apportera des changements très nets à ses modalités de collaboration avec les organismes régionaux, les PMR, le secteur privé et les autres partenaires, afin d’améliorer la mise en œuvre, le dialogue et la communication.

À compter de 2015, la Banque préparera une nouvelle série de documents de stratégie d’intégration régionale, qui feront office de documents de programmation pour la mise en œuvre de la PSIR. Ces documents de programmation préciseront les exigences spécifiques relatives aux projets et aux besoins en ressources, et front preuve de  pour tenir compte de particularités régionales à travers le continent.