Vent de réformes à la Banque africaine de développement

24/10/2005
Share |

Vent de réformes à la Banque africaine de développement

Tunis, le 24 octobre 2005 – Le président de la Banque africaine de développement (Bad), M. Donald Kaberuka, a annoncé un important programme de réformes destiné à faire de la Bad une institution plus efficace, plus réactive, capable de revigorer le programme d’action international pour l’Afrique autour des questions de commerce, de dette, d’aide publique au développement, à l’heure où le continent enregistre des progrès encourageants.

S’adressant pour la première fois à l’ensemble du personnel depuis son investiture le 1er septembre 2005, il a annoncé la mise en œuvre imminente d’un train de réformes destinées à approfondir la gouvernance interne, à consolider la solidité financière de l’institution et à améliorer l’efficacité de ses opérations. Il a insisté sur le besoin urgent de réformer cet organisme très centralisé et rigide en une institution plus souple, décentralisée, plus axée sur les pays, de manière à pouvoir assumer sur le terrain un rôle clé dans les questions de développement de l’Afrique.

Il a également évoqué une plus grande sélectivité dans les opérations de la banque, une amélioration sensible de la qualité de son portefeuille et une plus grande présence de ses experts sur le terrain.

M. Kaberuka a estimé que la banque avait besoin d’une stratégie de gestion des ressources humaines à long terme qui soit innovante et qui s’attaque aux problèmes de gouvernance interne, d’égalité des sexes et à d’autres aspects de la diversité. Il a annoncé que la banque ajusterait ses structures pour être capable d’assumer avec plus d’efficacité le mandat que la communauté internationale lui a assigné.

La Bad gère actuellement la Facilité africaine de l’eau, la Facilité de préparation des projets d’infrastructure du Nepad. Elle vient également d’être mandatée par la communauté internationale pour abriter le secrétariat du Consortium pour l’infrastructure en Afrique.

Le président de la Bad a en outre mis sur pied un groupe de travail chargé de définir le contenu des réformes institutionnelles sous la supervision du vice-président chargé des Finances, M. Thierry de Longuemar, et du nouveau directeur de cabinet du président, M. Henock Kifle, auparavant économiste en chef de la banque.

Il a par ailleurs annoncé le départ imminent à la retraite d’un certain nombre de hauts cadres de la banque qu’il a remerciés pour leurs services rendus à l’institution.


Sections Connexes