La Banque africaine de développement apporte son appui à la Banque K-rep : 174.8 millions KShs (2.2 million $ EU) pour promouvoir l’entrepreneuriat et la croissance économique au Kenya

06/05/2009
Share |

Tunis, le 6 mai 2009 – Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé  le financement pour 114 millions Ksh comme appui pour la Banque K-rep au Kenya.

K-rep Bank se distingue des autres banques commerciales ou institutions financières par sa mission sociale qui consiste à fournir des services financiers aux populations urbaines et rurales à faible revenu et pauvres qui n’ont pas accès aux services bancaires commerciaux afin de renforcer leur base d’actifs.

Après la transformation de K-rep Bank en banque commerciale, l’institution a accru les services à sa clientèle cible, passant du crédit pur et simple à des services bancaires complets. Ainsi, sa performance générale a été constante sur tous les plans, notamment en termes d’actifs, de rentabilité, de prêts et dépôts, de réseau de succursales, de clientèle et, plus important encore, de portefeuille de produits. Son modèle de fonctionnement novateur (le modèle Grameen) a permis de maintenir les frais administratifs liés aux petits prêts à des niveaux raisonnables et le taux de défaillance à un niveau très faible.

L’investissement est en conformité avec les priorités du Gouvernement du Kenya, telles que stipulées dans sa Vision 2030 et dans son Plan à moyen terme (2008-2012). Ces priorités concernent la création d’emplois, l’amélioration des moyens de subsistance dans les régions les plus pauvres du pays et la réduction de la pauvreté.

Le projet s’inscrit également dans le droit fil du Document de stratégie pays (DSP) 2008-2012 pour le Kenya approuvé récemment par la Banque, en particulier son deuxième pilier, qui accorde une place de choix à la création d’emplois, le défi le plus urgent que le Gouvernement du Kenya doit relever en vue de réduire les pressions socioéconomiques et d’assurer la reconstruction du pays, suite à la crise consécutive aux élections de 2008 et de faire reculer la pauvreté. La stratégie à moyen terme de la Banque fait du soutien au secteur privé l’une de ses priorités.

Le projet est aussi en conformité avec la Stratégie des opérations du secteur privé de la BAD, mise à jour, qui met l’accent sur l’intégration de la microfinance dans le secteur financier formel dans les pays membres régionaux. Le paquet financier pour K-rep Bank est similaire à ceux approuvés récemment par la Banque pour Access Bank of Tanzania, Advans Congo, Liberia, et AB Microfinance Bank Nigeria, dans la mesure où son soutien financier comporte une composante assistance technique pour le renforcement des capacités, améliorant ainsi la durabilité du projet.

Au nombre des principaux avantages en termes de développement du projet figurent la création d’emplois et l’accès des pauvres au financement. On s’attend à ce que le présent investissement se traduise par d’importantes réalisations en termes de développement à moyen terme, en contribuant à l’approfondissement de l’industrie de la microfinance, conformément aux pratiques optimales, dans un pays où le secteur est encore sous-développé, comblant ainsi le déficit de financement pour les micro et petites entreprises (MPE) orientées vers la croissance ; la création et le développement de microentreprises viables ; l’augmentation des recettes des microentrepreneurs et la création d’emplois. K-rep Bank envisage de créer environ 10 000 nouveaux emplois d’ici à 2011, dont 55 % concerneraient des femmes entrepreneures.


Sections Connexes

Contact