« Les Perspectives économiques africaines » saluent la reprise économique de la Libye et de l’Afrique

06/08/2010
Share |

tripolie AEO

Tripoli, le 3 août 2010 - L'Afrique connaît une reprise soutenue après la crise mondiale, et des pays comme la Libye retrouvent une trajectoire de forte croissance. Tel est le message clé de l’édition 2010 des Perspectives économiques africaines (PEA), lancée à Tripoli, en Libye.

Le rapport est réalisé conjointement par la Banque africaine de développement (BAD), l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA).

Le continent rebondit après la crise, après avoir vu la croissance de son PIB se réduire d'une moyenne d'environ 6 %, en 2006-2008, à seulement 2,5 % en 2009. La croissance devrait rebondir à 4,5% en 2010 et 5,2% en 2011, explique le rapport.

Les pays nord-africains tels que la Libye « ont manifesté une forte résilience face à la crise et devraient être un élément important dans le redressement du continent», a déclaré le directeur régional du département Afrique du nord, Jacob Kolster, lors du lancement des PEA, en présence de plus de 50 décideurs, chercheurs et médias libyens, à l'Académie libyenne d’études supérieures.

Le lancement intervient à un moment où la Banque renforce activement son engagement et intensifie son dialogue avec la Libye, après l'approbation de la Note d'engagement de l'institution dans le pays en 2009, ainsi que celle de son premier programme d’assistance technique à l'appui du Centre libyen de promotion des exportations.

« La Libye n'a pas besoin de financements de la Banque, mais plutôt du savoir et de l’assistance technique que la Banque peut partager avec nous » a expliqué le doyen de l'Académie de Libye, Ibrahim Salah, "Nous sommes heureux de voir la Banque devenir un partenaire important pour la Libye, et une référence pour le savoir sur le développement dans le pays et pour l'Afrique", a ajouté M. Ibrahim.

Le lancement, qui comprenait la présentation du chapitre des PEA sur la Libye, fait partie d'un vaste programme d'échange de savoir et d'assistance technique au pays. Le rapport présente le scénario complexe et prometteur d'un pays en train de connaître une transformation spectaculaire. La Libye a lancé un programme public d’investissement massif de 270 milliards de dinars libyens (environ 225 milliards de dollars EU) sur la période 2008-2012. Le pays est également en train d’ouvrir son économie et de tisser des liens plus étroits avec l'économie mondiale.

«À ce stade critique, la Banque peut jouer un rôle clé en fournissant des conseils de stratégie utiles pour aider la Libye à gérer cette transformation pour le plus grand bien de son peuple et  pour les générations futures», a déclaré Peter Walkenhorst, chef de division au département de la Recherche de la BAD.
Investir dans l'éventail du revenu disponible et des sources de recettes pour les générations futures, et en élargir  la panoplie, sont une préoccupation majeure pour de nombreux pays africains - «un défi auquel la Libye s’attaque grâce à une gestion prudente de ses richesses nationales, mais aussi par les progrès énormes que le pays a accomplis dans la diversification et la rationalisation des impôts », explique Emanuele Santi, économiste pays de la Banque pour la Libye.

L'expérience de la Libye est l'une des nombreux cas couverts par le rapport des PEA 2010, en grande partie consacré aux expériences et tendances enregistrées en matière de mobilisation des ressources publiques. L'édition 2010 contient des rapports, des données et des analyses fouillés sur 50 pays africains.