La facilité juridique sensibilise sur sa mission

28/06/2010
Share |

L’une des missions urgentes de l’administration de la Facilité africaine de soutien juridique est d’obtenir l’adhésion de nouveaux pays membres et de les encourager à contribuer au financement de la Facilité.

C’est pour cela qu’une mission de la Facilité a séjourné à Paris les 24 et 25 juin derniers, afin de sensibiliser les autorités françaises et de convaincre à une adhésion rapide de leur pays. MM. Tchétché N’Guessan et Mamoudou Dème, respectivement, président du Conseil de gouvernance et directeur de la Facilité ont rencontré des représentants du ministère de l’Economie, de l’Agence française de développement (AFD) et la députée Nicole Ameline.

A ce jour, la Facilité compte 42 membres dont trois (la Belgique, le Royaume-Uni, les Pays-Bas) sont du collège des pays OCDE. L’état actuel des pays (ou organismes internationaux) signataires de l’Accord Portant Création  de la Facilité  et la mise en place complète des organes de gouvernance justifient aussi cette mission de sensibilisation en direction des autorités françaises.

Comme l’explique le résumé des principaux aspects de la Facilité, peuvent devenir membre de la Facilité

  • Tous les états membres de la Banque;
  • Tout autre état ;
  • La Banque;
  • Toute autre organisation internationale ou institution qui satisfait les conditions d’éligibilité établies par le Conseil de gouvernance de la Facilité.

Cinq collèges de membres sont représentés dans le Conseil de gouvernance (l’organe suprême)  de la Facilité (de qui dépendent le Conseil de gestion et la direction).

Le Conseil de gouvernance est composé donc de douze membres : cinq pour le collège des pays régionaux, quatre pour le  collège des pays OCDE, et un membre par collège  pour les trois autres collèges.

La mission de Paris a permis donc de détailler les premières opérations de la Facilité. Ainsi, Djibouti et l’Union panafricaine des avocats ont déjà bénéficié de financement de la part de la Facilité. Les démarches qui amènent la France à adhérer à l’Accord, permettront à ce pays d’accéder, automatiquement, au conseil de Gouvernance à titre de membre titulaire, donc contribuer à la gouvernance de la Facilité et à son financement.

La délégation, qui a aussi rencontré la presse à Paris a pu faire connaitre la Facilité auprès du public français qui suit particulièrement les questions de la dette des pays africains.