La Facilité africaine de soutien juridique reçoit 22 millions de dollars de la BAD

01/03/2016
Share |

La Facilité africaine de soutien juridique (ALSF) s’est félicitée de la décision de la Banque africaine de développement de lui octroyer 22 millions de dollars, à travers le Fonds africain de développement, afin de soutenir ses activités de services de conseil juridique et de renforcement des capacités en faveur des Etats les plus fragiles.

« Des institutions solides ne peuvent que renforcer les gouvernements » a déclaré le directeur de l’ALSF, Stephen Karangizi. « Les besoins des Etats les plus fragiles dans le secteur des industries extractives sont importants, notamment lorsqu’il s’agit de renforcer la gouvernance et de faire en sorte que les capacités techniques facilitent effectivement une meilleure gestion des ressources. »

Le soutien de l’ALSF aux pays en situation de fragilité fait partie de sa Stratégie à moyen terme. Cet appui se focalise sur la fourniture d’assistance technique afin de renforcer l’expertise juridique dans des domaines tels que les litiges impliquant des fonds vautours. Les services de conseil sont également accompagnés d’activités de renforcement des capacités.

L’ALSF et le département de l’Appui à la transition de la BAD (ORTS) travailleront de concert pour identifier des secteurs et pistes de collaboration.

« Cette initiative conjointe nous fournit l’occasion d’apporter le soutien dont ont besoin nos pays membres régionaux (PMR), » a indiqué le directeur d’ORTS, Sibry Tapsoba. « Grâce à une coordination régulière tant au niveau des programmes de travail que des activités, nous sommes en mesure de réaliser des progrès en termes d'efficacité et à d’avoir un impact important, nous permettant ainsi de faire face au défi de la fragilité existant sur le continent » ajouta-t-il. 

Le but principal de l’ALSF est d’aider à maximiser les ressources disponibles afin de favoriser le développement économique et le progrès social dans les PMR, en particulier dans les pays en situation de fragilité.

De même, la stratégie de la BAD pour remédier à la fragilité et renforcer la résilience en Afrique a pour but de maximiser l’impact de ses interventions de manière à faciliter un cadre de développement plus résilient, à renforcer la stabilité et les capacités dans les PMR.

Cet objectif commun des deux institutions dans la lutte contre la fragilité représente une base solide de coopération.