Facilité africaine de l’eau : de meilleurs services d’eau potable et d’assainissement à Kinshasa

20/07/2015
Share |

La Facilité africaine de l’eau (FAE) a annoncé, le 13 juillet 2015, l’approbation d’un don de 1,9 million d’euros au gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC), destiné à l’amélioration des services d’eau potable et d’assainissement à Kinshasa et à l’extension des services d’approvisionnent vers Kinshasa-Ouest, au profit de plus de 3,5 millions d’habitants.

Plus spécifiquement, ce projet pilote de la FAE permettra d’accroitre sensiblement les capacités de planification stratégique, de mobilisation et de gestion des investissements dévolus au développement des services d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement  de Kinshasa. Entre autres volets, la FAE financera l’élaboration d’un schéma directeur de gestion intégrée des eaux urbaines de Kinshasa, ainsi qu’une étude de faisabilité sur l’approvisionnement en eau potable et l’assainissement de la partie ouest de la ville.

Les bases du  projet,  seront élaborées autour du principe de gestion intégrée des eaux urbaines,  une vision novatrice qui propose une gestion coordonnée de toutes les ressources naturelles et dérivées des eaux urbaines, afin de maximiser les bénéfices sociaux et économiques. Cette approche aura pour avantage de faire de la gestion des déchets liquides et solides une activité qui génère des revenus. Une fois le projet complété, ses résultats et les enseignements tirés de cette expérience pourront inspirer d’autres villes de la région, qui doivent elles aussi développer leurs services d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement.

Le soutien de la FAE, permettra de répondre aux nombreux défis que posent l’eau potable et à l’assainissement à Kinshasa. En effet, la production d’eau potable est insuffisante dans la capitale congolaise au vu de la demande actuelle – le déficit de production s’élève à 300 000 m³ par jour. Estimée à près de 10 millions d’habitants en 2014, la population de la ville pourrait osciller de 14 à 17 millions en 2030, étant donné un taux de croissance démographique de 5 % par an. Aussi, les besoins en eau devraient atteindre 1,2 millions de m3/jour à l’horizon 2027, soit plus du double de la production actuelle.

La situation se révèle tout aussi critique dans le secteur de l’assainissement. Seulement 14 % des citadins ont accès à des services d’assainissement adéquats aujourd’hui. Près de 70 % des déchets solides aboutissent dans des décharges informelles, qui se situent pour la plupart le long des berges des cours d’eau.

La FAE va soumettre au gouvernement congolais des modèles de planification et de gestion des eaux et des services d’assainissement de Kinshasa, de sorte que ceux-ci améliorent leur rentabilité financière et leur performance technique, tout en répondant à une volonté d’équité sociale en élargissant l’accès aux services. Des mesures de protection environnementale seront également proposées, particulièrement  en vue de réduire la pollution des cours d’eau.

De plus, le projet aidera à augmenter la résilience des populations de Kinshasa au changement climatique, car il fournira des services d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement tenant compte de ses effets à long terme sur les ressources en eau de la région.

Le coût total du projet s’élève à 2,5 millions d’euros, financé pour 76 % par la FAE, à hauteur de 15 % par le Global Water Partnership  (GWP) et de 9 % par le gouvernement de la République démocratique du Congo.