Sommet économique des femmes : Investir différemment pour les femmes

24/02/2010
Share |

Tunis, 1er Mars 2010 – Le président de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka, et la fondatrice du réseau New Faces, New Voices (NFNV) Graça Machel, accueillent conjointement le Sommet économique des femmes africaines à Nairobi (Kenya), du 19 au 20 mars 2010 sur le thème: « Investir différemment sur les femmes ».

Cet événement de haut niveau rassemblera quelque 100 dirigeants africains et du monde entier des secteurs financier et politique, des décideurs, des responsables de la réglementation, des banques commerciales, et d'éminentes femmes entrepreneures, qui formuleront des actions réalisables et mesurables visant à modeler le système financier de manière à permettre aux femmes de s’intégrer pleinement dans son architecture.

Le président de la BAD a reconnu la nécessité, pour les femmes africaines, de jouer un rôle accru dans le système financier, condition préalable à une croissance durable sur le continent africain.

La Banque a apporté une contribution volontaire et continue à la promotion de l'égalité entre les hommes et les femmes en soutenant les efforts déployés par les gouvernements africains dans la prise en compte des questions de genre. Au nom de la Banque, deux départements de la Banque travaillent conjointement pour cet événement: le département Secteur Privé et Microfinance et le département Genre, Changement Climatique et Développement durable.

Le NFNV est un réseau professionnel, qui favorise le changement dans les affaires et la finance en mobilisant le potentiel des femmes en Afrique, d’une façon innovante et  rentable.

C'est sur la base de cette réflexion commune sur le rôle économique des femmes en Afrique que M. Kaberuka et Mme Machel ont convenu de co-organiser le Sommet économique des femmes africaines  en 2010. L’événement est organisé au Kenya, en partenariat avec la Banque centrale du Kenya et avec l’appui du gouverneur de la Banque centrale, le Dr. Njuguna Ndung'u.

D'autres personnalités importantes sont attendues au sommet: Mme Namirembe Bbumba Syda, Ministre des Finances de l'Ouganda, Mme Linah Mohohlo, gouverneur de la Banque centrale du Bostwana et Mme Wangari Maathai, prix Nobel de la paix et fondatrice du Mouvement de la ceinture verte.

Cet événement est motivé par le fait reconnu que les femmes représentent un nouveau marché émergent. Pour financer efficacement les besoins des femmes, les décideurs politiques, les autorités de réglementation, les prestataires de services financiers et les institutions de financement du développement doivent clairement appréhender les enjeux suivants:

  • Le potentiel économique et les opportunités d'affaires que recèle ce marché insuffisamment desservi et exploité;
  • Les difficultés que rencontrent les femmes pour accéder aux services financiers et pour assumer des rôles de premier plan au sein d’institutions du secteur financier;
  • Les innovations en matière de financement qui renforceront, de manière significative, l'accès des femmes aux services financiers ;
  • Les réponses en matière de réglementation et de politiques en vue du développement d’un secteur financier plus ouvert pour les femmes.

Le Sommet permettra d'identifier:

  • Les barrières sociales et culturelles à surmonter pour permettre aux femmes de jouer un rôle central dans le développement du système financier en Afrique, en tant que décideurs et utilisatrices de services financiers.
  • Les réponses réglementaires et politiques appropriées permettant de créer un environnement propice à l’expansion rapide et étendue des services financiers aux femmes pour toutes les tranches de revenu.
  • Les mesures visant à promouvoir les innovations financières pour permettre des services financiers rentables à ce segment du marché.
  • Les mécanismes qui permettront aux femmes d’occuper des postes de décision de sorte que leur voix soient entendues dans la remise à plat du système financier en Afrique.

Le Sommet devrait aboutir à des actions mesurables et concrètes à mettre en œuvre par les parties prenantes du secteur financier pour investir différemment sur les femmes, sur la base des recommandations formulées pendant les travaux du Sommet.