Discours du Président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina à la Conférence annuelle de la Société royale africaine sur « Histoire de la croissance en Afrique : le prochain chapitre » - Londres, 21 octobre 2016

Le prochain chapitre de la croissance en Afrique : bâtir la résilience et réduire la fragilité

22/10/2016
Share |

Bonsoir Mesdames et Messieurs. Et merci, Zeinab Badawi, pour cette chaleureuse présentation. Cette dame est, vous le savez tous, une formidable personnalité des médias, célèbre notamment pour ses interventions dans l’émission HARDtalk. J'espère seulement qu'elle ne sera pas trop dure avec moi aujourd'hui !

C’est un grand honneur pour moi d'être invité à prendre la parole aujourd’hui devant vous à l’occasion de cette Conférence annuelle de la Société royale africaine. Je remercie tout particulièrement Richard Dowden, directeur de la Société royale africaine, son conseil d'administration et toute l'équipe pour avoir organisé la conférence de cette année sur le thème « Histoire de la croissance en Afrique: le prochain chapitre ». Je salue le travail accompli par la Société et sa contribution au développement du continent. L'Afrique a besoin de ses amis et ces amis sont partout dans cette salle aujourd'hui. Bienvenue à vous !

Mesdames et Messieurs, l'Afrique a parcouru un long chemin. Jusqu’en 1990, elle a connu des niveaux de développement économique très faibles. La pauvreté était omniprésente. Les économies vacillaient. Les investissements dans les infrastructures étaient insuffisants, la gouvernance politique et économique était faible. Face à l'aggravation de la pauvreté et à la faiblesse de la croissance, de nombreux experts baissaient les bras. Vous vous souviendrez que pour The Economist, l'Afrique était le « continent sans espoir ».

Les choses ont changé depuis et l'Afrique est aujourd’hui sur une pente ascendante. Avec un taux de croissance de plus de 5% au cours de la dernière décennie, elle connaît une croissance et un développement rapides. En Afrique subsaharienne, l’extrême pauvreté a diminué de 28% entre 1990 et 2015. Le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans a baissé de 52% entre 1990 et 2015, rattrapant ainsi le niveau de toutes les régions en développement. La gestion des politiques macroéconomiques et la stabilité politique se sont améliorées dans toute la région, de même que l'environnement des affaires et l'investissement.

L'Afrique offre de nouveaux horizons prometteurs pour l'investissement direct étranger, qui est passé de 42,8 milliards de dollars en 2004-2008 à 49,8 milliards en 2011. Cette même année 2011, The Economist changeait de point de vue et pouvait titrer : « l'Afrique de l’espoir ».

Au cours des dix dernières années, l'Afrique a connu une croissance supérieure à 5% en moyenne. Toutefois, cette croissance s’appuie en grande partie sur les exportations de produits de base. C’est une faiblesse qui rend l'Afrique vulnérable face à l’instabilité des prix et à la baisse des cours mondiaux.

Après une dizaine d’années de croissance sans précédent, de nombreux pays africains ont récemment connu un ralentissement imputable à la chute des cours des matières premières et à un environnement économique mondial beaucoup moins favorable. En conséquence, la croissance du continent a ralenti, et les chiffres changent si rapidement – presque chaque semaine –, comme un yoyo. Avec les difficultés auxquelles ont récemment été confrontés le Nigeria et l'Afrique du Sud, qui représentent à eux deux environ 50% de la croissance pondérée du PIB du continent, la Banque africaine de développement a récemment révisé cette croissance à la baisse, l’estimant à 1,8%, prévision très proche de celle du FMI.

Le monde - et pas seulement l'Afrique - traverse assurément une époque difficile. L'économie mondiale connaît son pire ralentissement depuis près de trente ans. Les chiffres de croissance révisés, publiés par le FMI en octobre 2016, montrent que l'économie mondiale ne progressera que de 3,1% en 2016, avec une légère reprise à 3,4% en 2017. Les perspectives sont encore moins prometteuses pour les économies avancées. Le FMI a réduit le taux de croissance des États-Unis d'Amérique à 1,6%, et la croissance de l'Union européenne est également faible, à 1,7%. Les temps sont durs partout.

Néanmoins, tout n'est pas sombre en Afrique. À la Banque africaine de développement, nous estimons que vingt pays africains devraient encore afficher un taux de croissance de plus de 5% en 2016 et que dix-huit autres pays devraient connaître une croissance de 3 à 5%, ce qui est largement supérieur à la moyenne mondiale.

Les tendances de l'investissement soutiennent cette orientation. Selon l'indice Doing Business de la Banque mondiale, sur l’ensemble des réformes mises en place dans le monde en 2015 pour réglementer le secteur des entreprises, 30% ont concerné l’Afrique subsaharienne. En conséquence, les investissements directs étrangers en Afrique devraient atteindre les 55-60 milliards de dollars en 2016. L'Afrique demeure la deuxième destination en termes d'investissements directs étrangers, juste après la région Asie-Pacifique.

Les faits sont là : la croissance globale est plus lente que prévu, mais l'Afrique ne s’effondre pas. Les économies africaines sont encore résilientes. Lors de la crise économique mondiale de 2008-2009, la croissance de l'Afrique a déjoué tous les pronostics, atteignant des taux supérieurs à ceux des autres régions. Cette résilience est toujours là dans les fondamentaux. On estime même que la croissance en Afrique devrait connaître un rebond, à 3,5% en 2017.

Le prochain chapitre de la croissance en Afrique consistera à renforcer la résilience économique du continent et à réduire sa fragilité.

Pour cela, il faut d’abord accélérer la diversification des économies africaines. L'Afrique a un indice élevé de concentration des exportations, la majeure partie de ses exportations portant sur des marchés limités et sur une base très étroite, à savoir essentiellement des matières premières non transformées. Les produits de base constituent 70% du total des exportations de l'Afrique. Cette situation doit changer.

Qu'il s'agisse de produits agricoles, de minerais, de métaux, de pétrole ou de gaz, l'Afrique ne doit plus rester bloquée tout en bas des chaînes de valeur. Elle doit mettre l'accent sur la valeur ajoutée de tout ce qu’elle produit. Plus le niveau de transformation est élevé, plus l’Afrique en retire de la valeur, et moins elle est tributaire des cycles incessants d’instabilité des prix des produits de base.

Plus que jamais, l'Afrique doit désormais accélérer les échanges commerciaux intra-régionaux et éliminer les obstacles à ces échanges. Cette remarque peut paraître paradoxale dans le lieu où je parle aujourd'hui, mais il faut mettre l’accent sur l'expansion et la promotion du commerce régional, dont le développement favorisera les échanges entre les économies africaines et amortira les effets des chocs économiques mondiaux. Or, le commerce régional reste relativement faible en Afrique puisqu’il ne représente que 15% du total des échanges.

L’expérience récente et réussie de la zone de libre-échange tripartite, qui comprend la Communauté économique de l'Afrique de l'Est, la Communauté de développement de l'Afrique australe et le Marché commun pour l'Afrique orientale et australe est le modèle que nous devons reproduire partout. Prises isolément, la plupart des économies africaines sont trop petites ; elles ne permettent pas de réaliser les économies d'échelle nécessaires dans les investissements. Il est de loin préférable d’investir dans un regroupement de pays transcendant les frontières que de s’enfermer dans un carcan rigide qui limite les échanges commerciaux et la mobilité de la main-d'œuvre.

Tout récemment, j'ai obtenu mon passeport de l'Union africaine. J’en étais ravi ! Ce n’est qu’un début, mais il montre que nous devons intégrer nos économies, faciliter les visas et ouvrir l’espace aérien aux transports. L'Indice d’ouverture en matière de visa mis au point par la Banque africaine de développement montre que les Africains doivent demander des visas d’entrée dans 55% des pays africains et ne peuvent les obtenir à l’arrivée que dans 25% des pays. Les compétences ne connaissent pas les frontières. L'Afrique a tout à gagner d'une mobilité accrue de sa main-d'œuvre qualifiée, qui aidera à libérer ses économies.

Nous brandirons le passeport africain : l'avenir de l'Afrique est brillant et le monde devra en tenir compte. D'ici à 2050, la population de l’Afrique représentera celle combinée de la Chine et de l'Inde aujourd'hui. Du fait d’une urbanisation rapide et de la progression des classes moyennes – qui devraient passer de 350 millions de personnes à près de 1,1 milliard d'ici 2060 –, l'Afrique constituera un immense marché. Ses dépenses de consommation devraient doubler, pour passer à 1 400 milliards de dollars d'ici 2020.

Le récent rapport McKinsey intitulé « Lions on the move II » montre que les dépenses de consommation des ménages passeront à 2 100 milliards de dollars à l’horizon 2025, et que les dépenses des entreprises devraient atteindre 3 500 milliards de dollars d'ici 2025. Nul doute  que le marché africain aidera à stimuler la croissance mondiale : il faudra compter sur l'Afrique !

Et l'Afrique sera la solution pour nourrir le monde. Avec une réserve de 65% du total des terres arables non cultivées dans le monde, capable de nourrir neuf milliards de personnes d'ici à 2050, l'Afrique sera le grenier de la planète. Mais pour libérer cet immense potentiel, il faut considérer l'agriculture comme une activité commerciale, et non comme un mode de subsistance. Soucieuse de libérer ce potentiel agricole, la Banque africaine de développement investira 24 milliards de dollars dans le secteur au cours des dix prochaines années. C’est plus de quatre fois notre niveau actuel d'investissement dans l’agriculture. Nous nous attacherons à promouvoir l'industrialisation du secteur agroalimentaire, à valoriser les produits et à diversifier les exportations.

Toutefois, pour pouvoir libérer pleinement ce potentiel, il faut relever un certain nombre de défis qui continuent de freiner la croissance. À cause d’un énorme déficit en infrastructures, le coût de la pratique des affaires reste élevé dans certains pays africains.

Un problème majeur est celui de l'électricité. Pour 45% environ des entreprises privées, les insuffisances du réseau électrique et le coût élevé de l’énergie figurent parmi les principaux obstacles.

L'Afrique ne peut se développer dans l'obscurité. Elle doit résoudre son problème d'électricité, et rapidement.

C'est pourquoi la Banque africaine de développement a lancé un Nouveau Pacte pour l'énergie en Afrique. Notre objectif est d'aider les gouvernements et le secteur privé à accélérer l'accès universel à l'électricité dans les dix prochaines années. La Banque investira 12 milliards de dollars dans le secteur au cours des dix prochaines années et prévoit de mobiliser par ailleurs entre 45 et 50 milliards de dollars supplémentaires.

En réglant son problème énergétique, l’Afrique créera d’importantes opportunités d'industrialisation, notamment dans l’industrie légère, car les entreprises d’envergure mondiale recherchent de nouvelles sources d’approvisionnement. Et avec la hausse des salaires dans l’industrie chinoise, les entreprises de l’industrie légère sont en quête de nouvelles implantations pour leurs chaînes de valeur mondiales.

L'Afrique doit aussi améliorer son « Indice de préparation industrielle » en accélérant les investissements dans d'autres infrastructures essentielles telles que les routes, les équipements portuaires et le rail, l'aviation et les TIC, ce qui lui permettra de se positionner comme une destination compétitive de choix. Elle tirera ainsi parti de sa main-d'œuvre abondante et de ses salaires beaucoup plus bas pour attirer des entreprises manufacturières d’envergure mondiale à forte intensité de main-d'œuvre.

Toutefois, la réussite de l’opération dépend de la mise en place de bonnes politiques de développement industriel. Ne dit-on pas que les politiques industrielles cherchent souvent à choisir les gagnants. Mais qui voudrait choisir des perdants ? Le rôle d'un État développementiste dans le soutien à l'industrialisation en Afrique est donc crucial.

Voyez l'exemple de l'Éthiopie, qui connaît une croissance rapide de ses industries de la maroquinerie et de l'habillement. Grâce à des politiques intelligentes, le pays attire de grandes entreprises mondiales et est en passe de devenir le premier exportateur africain de vêtements et d’articles en cuir. De même, le Maroc développe très nettement son industrie automobile, qui représente aujourd’hui une grande part de ses exportations.

Mais le financement de toutes ces mesures nécessite des ressources considérables. Pour y répondre dans un contexte d’épuisement des réserves de change, plusieurs pays se tournent vers les marchés financiers internationaux pour emprunter. Le nombre de pays ayant obtenu une notation de Moody's, Fitch ou Standard & Poor pour les crédits souverains est passé de 10 en 2013 à 21 en 2014. Entre 2013 et 2015, les pays africains ont émis au total près de 21 milliards de dollars d'obligations souveraines, soit beaucoup plus qu’entre 2009 et 2012, où ce chiffre était de 5,9 milliards de dollars.

Beaucoup de ces obligations ont été sursouscrites, ce qui montre la confiance des investisseurs dans les économies africaines d’une part et l’intérêt qu’ils portent aux rendements élevés d’autre part. On a observé récemment un ralentissement des émissions d'euro-obligations, notamment en raison de la hausse des taux d'intérêt et de la dépréciation des devises qui augmentent les coûts du service de la dette.

Mais soyons clairs : les pays africains ne connaissent pas de crise de la dette. Ils ont des problèmes de liquidités. Avec un ratio de la dette de 21% du PIB en 2015, le risque de surendettement en Afrique est encore faible et il est largement gérable.

Pour mieux financer son développement sans trop s'endetter, l'Afrique doit accorder la priorité à la mobilisation des ressources nationales. Les fonds de pension en Afrique sont estimés à 334 milliards de dollars, les fonds souverains à 162 milliards tandis que les transferts de fonds ont dépassé les 62 milliards. Malheureusement, les fonds de pension et les fonds souverains africains sont investis en dehors de l'Afrique, souvent dans des bons du Trésor et des instruments de capitaux propres dont les taux d'intérêt réels sont parfois négatifs. Il faut que les fonds africains soient également investis en Afrique. Si nous ne manifestons pas notre confiance envers l’Afrique, comment pouvons-nous attendre que d'autres le fassent ?

Pour ce faire, il faudra créer de nouvelles catégories d'actifs et d’instruments de placement liés aux infrastructures, par le biais de réformes réglementaires, afin de permettre aux fonds de pension d'investir dans les infrastructures africaines. Il faudra mobiliser davantage de ressources intérieures en augmentant les recettes fiscales. À 15%, le ratio impôt/PIB de l'Afrique est faible. Les recettes fiscales atteignent environ 500 milliards de dollars par an, mais il reste beaucoup à faire pour élargir l'assiette fiscale et améliorer l'administration fiscale.

Les fonds qui appartiennent à l'Afrique ne doivent pas être détournés de l'Afrique. Il importe de mettre fin aux flux financiers illicites – tous liés à la corruption – qui quittent le continent. L'Afrique y perd plus de 60 milliards de dollars par an. Cette situation s’explique en grande partie par les prix de transfert, la mauvaise tarification des actifs, l'érosion de l’assise financière et les mouvements sur les bénéfices à des fins d’évasion fiscale. Il importe donc de renforcer la responsabilisation et la transparence dans la gestion des ressources financières publiques.

Pour contribuer à l'amélioration du programme de transparence et de responsabilisation, la Banque africaine de développement collabore étroitement avec plusieurs pays africains et avec le Département américain du Trésor, dans le cadre du Partenariat sur les finances illicites.

Les fonds publics doivent servir à assurer l'avenir des citoyens, et en particulier de la jeunesse africaine, et non l'avenir de quelques individus puissants.

D'ici 2050, la population jeune doublera en Afrique, passant de 480 millions aujourd’hui à 840 millions. L’Afrique sera ainsi le plus jeune continent du monde. Cependant, sur les 13 millions de jeunes qui arrivent chaque année sur le marché du travail, 3 millions seulement trouvent des emplois. Environ 33% des jeunes ont un emploi salarié ; les autres sont sous-employés ou ont des emplois précaires. Soyons clairs : l'Afrique connaît une crise de l'emploi.

Faute d’avoir un modèle de croissance créateur d’emplois pour les jeunes, l’augmentation du nombre des jeunes chômeurs en Afrique risque de poser de graves problèmes sociaux, économiques, politiques et sécuritaires. La crise migratoire en Europe en est une illustration. Ce qui a commencé comme un filet d’eau devient rapidement un torrent. La solution à la crise migratoire n’est pas en Europe mais bien dans la création en Afrique d'espoirs et d’opportunités économiques pour la jeunesse africaine.

Nous devons agir rapidement. On pense aux paroles fortes de la chanson de John Legend « If you were out there » : « Si vous entendez ce message, où que vous soyez. J'en appelle à chaque femme, à chaque homme. Nous sommes la génération. Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre. L'avenir a commencé hier, et nous sommes déjà en retard. »

À la Banque africaine de développement, nous prenons des mesures audacieuses pour faire face à ce problème. Nous venons de lancer une Initiative emploi pour les jeunes en Afrique, qui est notre programme phare pour lutter contre le chômage des jeunes sur le continent. L'objectif est d'encourager la création de 25 millions d'emplois dans les dix prochaines années. Cette initiative aidera à mobiliser 3 milliards de dollars en faveur des jeunes entrepreneurs en Afrique, en mettant l'accent sur l'incubation d'entreprises. Elle facilitera la mise en place de zones de renforcement des compétences, aptes à améliorer les liens entre les compétences et le développement industriel.

Il est particulièrement important de former les jeunes aux emplois de demain, notamment en investissant davantage dans la numérisation, les sciences des matériaux, les biotechnologies, l'intelligence artificielle, l'Internet des objets et la robotique. C'est ce qui a motivé la Banque africaine de développement à octroyer 40 millions de dollars pour soutenir le Centre d'excellence des TIC de Kigali – initiative conjointe de l'Institut de sciences et de technologie de Kigali et de l'Université Carnegie Mellon – pour former en Afrique la prochaine génération d'experts en informatique.

Le nouveau chapitre sur la croissance en Afrique doit aussi ouvrir de nouvelles perspectives économiques pour les femmes, qui restent confrontées à d'énormes défis, et notamment à des difficultés d'accès aux financements et à des problèmes de droits fonciers et de droits de propriété. La situation est encore plus difficile pour une grande majorité de femmes des zones rurales, qui ne sont ni connectées ni en mesure de profiter des opportunités de croissance. Pour répondre à ce problème, la Banque africaine de développement a lancé l'Action positive pour le financement en faveur des femmes en Afrique (AFAWA), qui compte mobiliser 3 milliards de dollars pour les femmes chefs d'entreprises et les agricultrices.

Quand nous aurons réglé les questions de financement pour les femmes, nous aurons ouvert un nouveau chapitre de la croissance de l'Afrique.

L'avenir de l'Afrique et sa résilience dépendront de sa capacité d’adaptation aux effets des changements climatiques. L'Afrique ne représente pas plus de 3% des émissions de gaz à effet de serre, mais elle subit ses conséquences négatives de manière disproportionnée. Partout en Afrique, les changements climatiques ont causé les pires sécheresses depuis des décennies et le continent devrait perdre jusqu'à 40% de sa production céréalière du fait de ces changements. Les niveaux élevés des émissions de gaz à effet de serre dans les pays développés étouffent les poumons économiques des pays africains.

Je demande donc au Fonds vert pour le climat et au Fonds pour l'environnement mondial de financer une assurance contre les catastrophes dans les pays africains. L'Afrique, qui a été lésée par les changements climatiques, ne doit pas l’être sur le plan du financement climatique.

Pour renforcer la résilience des économies africaines, le Fonds africain de développement – qui est le guichet de financement concessionnel de la Banque – continuera de jouer un rôle important.

Le Fonds permet à la Banque de renforcer la résilience et de réduire la fragilité. Depuis sa création, il a accordé des financements concessionnels à hauteur de plus de 40 milliards de dollars dans plus de 40 pays africains.

Qu'il s'agisse de faire face à Ebola, de renforcer les capacités des gouvernements à fournir de l'eau potable, de bonnes conditions d’hygiène et d'assainissement, de l'électricité et d’autres infrastructures, ou de promouvoir l'agriculture et lutter contre les effets des changements climatiques, le Fonds africain de développement a toujours continué de répondre aux attentes de l’Afrique.

Et tout cela n'aurait pas été possible sans le soutien de tous les donateurs du Fonds africain de développement. Permettez-moi de saisir cette occasion pour remercier tout particulièrement le gouvernement du Royaume-Uni qui, avec 603 millions de livres sterling, a été le plus grand contributeur de la 13e reconstitution du Fonds.

Il ne fait aucun doute que le Royaume-Uni est l'un des meilleurs partenaires de l'Afrique pour le développement.

Le Fonds africain de développement est un instrument d'espoir. Au moment d’ouvrir le prochain chapitre de la croissance en Afrique, le Fonds jouera un rôle important en aidant les pays africains à renforcer leur résilience économique et à réduire leur fragilité. Et le soutien ferme et constant du gouvernement britannique sera très important pour l'utilisation qui sera faite de cet instrument d'espoir au service de l'Afrique.

Pour résumer, nous sommes convaincus, à la Banque africaine de développement, que le prochain chapitre de la croissance en Afrique doit se concentrer sur ce que nous appelons les « cinq grandes priorités » : éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie; nourrir l’Afrique ; industrialiser l'Afrique ; intégrer l'Afrique ; et améliorer la qualité de vie des populations africaines.

En nous concentrant sur ces priorités, nous favoriserons une meilleure croissance et nous ferons en sorte qu’elle ait un impact positif sur la vie des populations. Car, en définitive, c'est la seule croissance qui compte.

Et ce sera, Mesdames et Messieurs, le « chapitre de la nouvelle croissance », qui méritera, j’en suis convaincu, d'être lu.

Je vous remercie de votre attention.