La conférence des donateurs AFRITAC tient à Tunis

Share |

Date: 11/12/2009
Lieu: Tunis

Tunis, le 11 décembre 2009 - La réunion sur les annonces de contributions des donateurs pour la troisième phase de l’initiative du programme des Centres régionaux d’assistance technique en Afrique (AFRITAC), organisée conjointement par la Banque africaine de développement (BAD) et le Fonds monétaire international (FMI), s’est tenue le 11 décembre 2009, à Tunis. Les donateurs et les pays bénéficiaires  y ont exprimé leur soutien à  l’élargissement d’AFRITAC à tous les pays d'Afrique subsaharienne sur une période de cinq ans (2010-2014). S'exprimant au cours de la rencontre, le directeur général adjoint du FMI, Murilo Portugal, a déclaré: «Nous avons reçu des contributions très substantielles pour le soutien financier  d’AFRITAC».

« La BAD a été un partisan et  un partenaire clé de l'initiative AFRITAC. La crise économique et financière mondiale, ainsi que la vulnérabilité persistante des pays africains, rendent les conseils et l'assistance technique fournis à travers AFRITAC encore plus pertinents aujourd'hui, a souligné le président de la BAD, Donald Kaberuka. » Cependant, une plus grande coordination et une cohérence renforcée sont requises entre la capacité d’AFRITAC et la capacité d'autres initiatives de renforcement, telles que  l’Institut africain de développement de la BAD.

La justification d'un soutien continu de la BAD et de son engagement dans AFRITAC s’appuie sur quatre éléments principaux : la pertinence pour les défis du développement de l'Afrique, dans le contexte de la crise économique mondiale ; la valeur ajoutée de l'engagement continu de la Banque en tant que partenaire régional clé ; la capacité de la Banque  à mobiliser des ressources supplémentaires en travaillant avec et à travers AFRITAC ; et la pertinence d’un surcroît de travail de la Banque sur la gouvernance économique et la gestion des finances publiques.

AFRITAC est une initiative collaborative entre le FMI, les pays africains et les partenaires au développement, pour fournir une assistance technique et  renforcer les capacités institutionnelles des pays africains dans le domaine de la gouvernance économique et financière. Elle est la réponse à un appel des dirigeants africains à la communauté internationale à augmenter l'assistance technique à l'Afrique et à concentrer cette assistance plus précisément sur le renforcement des capacités.

Depuis son lancement en 2002 par le FMI, trois centres régionaux d'assistance technique ont été créés : le premier dessert sept pays d'Afrique de l'Est, et est basé à Dar Es-Salaam, en Tanzanie. Le deuxième, est basé à Bamako, au Mali, et couvre dix pays d'Afrique francophone. Le troisième est localisé à Libreville, au Gabon et dessert huit pays. Un nouveau centre sera établi en Afrique de l’ouest et un autre en Afrique australe.

L’assistance d’AFRITAC a été essentielle pour rationaliser les finances publiques et réduire la pauvreté en Afrique, plus particulièrement la gestion de la dette, la gestion des recettes et de la réforme fiscale. Cette aide concerne tous les pays membres régionaux de la BAD,  notamment ceux à revenu intermédiaire, qui sont touchés par le ralentissement économique mondial et qui ont engagé des réformes. « Une approche commune pour le renforcement des capacités aidera la région à synchroniser et  mieux comprendre la dynamique de l'intégration. Elle inclura les questions régionales dans l'élaboration des politiques nationales, dans la mesure où les politiques régionales sont essentiellement mises en œuvre au niveau national », a déclaré le vice-premier ministre mauricien, ministre des Finances et de l'émancipation économique, Rama Krishna Sithanen. De hauts  responsables  du Cameroun, du Ghana, du Malawi,  du  Mali et  de la Tanzanie ont également assisté à l'événement.

La BAD soutient AFRITAC depuis sa création. Elle a versé un total de  7,5 millions de dollars au programme. Cela inclut 3 millions de dollars E.U. (FAD) pour la phase I (2002-2005) au cours de laquelle ont été créés deux centres pilotes  en Afrique de l'Est et de l'Ouest, et 4,5 millions de dollars E.U. (FAD)  approuvés en novembre 2006 pour couvrir la deuxième phase (2007-2009), qui a appuyé la création d'AFRITAC-Est (Tanzanie), AFRITAC-Ouest (Mali) et AFRITAC-Centre (Gabon). Ces contributions représentent respectivement entre10 et 11% du total des coûts.

Un engagement accru de la Banque dans le domaine de la gouvernance économique et la gestion financière publique renforce la pertinence d'AFRITAC pour la Banque. Adoptés en 2008, le Plan d’action et les Orientations stratégiques de la Banque pour la période 2008-2012 se concentrent sur l’agenda de la gouvernance de la Banque en matière d’amélioration de la gouvernance économique et de renforcement de la gestion des finances publiques.

Il existe de fortes complémentarités et synergies entre l'assistance technique d’AFRITAC et les concours de la Banque à travers les prêts d’appui aux réformes et les projets de renforcement institutionnels, notamment dans les nouveaux domaines d'intervention de la Banque tels que la gestion de la dette et la réforme fiscale.

L'assistance technique d’AFRITAC aidera en outre à éclairer le dialogue politique de la Banque avec ses pays membres régionaux et contribuera à améliorer la qualité à l'entrée des opérations de la Banque, surtout en matière d'aide budgétaire. En développant un véritable partenariat avec AFRITAC, la Banque continuera d'avoir un outil efficace supplémentaire  d’aide à ses pays membres régionaux.