Le Président de la BAD présente le ‘Fonds50 pour l’Afrique’ à une rencontre de l’OMC à Genève

11/07/2013
Share |

Sur  invitation de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le Président de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka, a assisté le 8 juillet 2013 à l’ouverture de la 4è Revue Globale de l’Aide pour le Commerce de l’OMC. La rencontre a eu lieu du 8 au 10 juillet 2013 à Genève, Suisse sur le thème ‘Se connecter aux chaînes de valeur’.

La Revue est le forum par excellence pour discuter des questions de commerce et de développement.  Elle a vu la participation de responsables gouvernementaux, d’organisations internationales et du secteur privé pour discuter de la manière dont l’aide pour le commerce devrait venir en appui aux efforts des entreprises dans les pays en développement pour accroître  leurs capacités de production et les  rattacher aux chaînes de valeurs.

Dans son allocution, Kaberuka a insisté sur la croissance  remarquable enregistrée  par l’Afrique au cours de la dernière décennie en matière de commerce et d’investissements. Il a toutefois noté que malgré cette croissance, les entreprises africaines se trouvent encore au plus bas de l’échelle des chaînes  de valeur mondiales.  Car elles exportent des produits de base et importent des produits finis ; ce qui  est  intenable à long terme.

Pour Kaberuka, il existe de nombreuses opportunités pour relever le  niveau des chaînes de valeur par le biais du commerce inter-régional ; et les décideurs africains devaient s’inspirer des modèles de production au niveau régional et mondial, tout en cherchant à se relier à ces modèles.

Le président de la BAD a  indiqué  que dans une large  mesure, l’un des goulots d’étranglement faisant  obstacle à la compétitivité des entreprises africaines demeure le manque d’infrastructures. 

La rencontre de Genève fut  pour lui  l’occasion d’informer  la conférence de la mise en place de l’outil de financement innovant de la BAD,  dénommé Fonds50 pour l’Afrique.  Un Fonds  qui doit, sur la base de l’expérience de l’institution, contribuer à mobiliser les ressources africaines,  l’épargne, l’aide extérieure et les marchés de capitaux pour le financement de projets d’infrastructures bancables et rentables. Veuillez trouver ici le discours intégral:

Un rapport  intitulé ‘Regard sur l’Aide pour le Commerce 2013’ a été publié lors de la conférence. Œuvre conjointe de l’OCDE et de l’OMC, le rapport indique que les flux de l’aide pour le commerce ont augmenté depuis la dernière revue, mais que les perspectives de financement sont en deçà  des attentes. Les raisons à cela sont les contraintes de la dette et la lente croissance qui devraient continuer d’affecter  les pays de l’OCDE.

Par contre, le rapport note que l’aide, les investissements et le commerce entre les pays du sud se sont remis rapidement  de la récession. Il souligne aussi que des changements structurels au niveau des modèles dans le commerce mondial sont de plus en plus visibles, car  60%  des échanges de marchandises concernent les produits intermédiaires.

En conclusion, le rapport  recommande aux pays développés et aux donateurs de fournir  davantage d’efforts pour améliorer l’efficacité  et les résultats de l’aide pour le commerce.