Au Revoir Marrakech : Clôture des Assemblées annuelles 2013 de la BAD

31/05/2013
Share |

  • Nouvelle stratégie décennale approuvée
  • Les gouverneurs de la Banque entérinent le retour du siège à Abidjan en 2014
  • Prochaines Assemblées Annuelles à Kigali, Abidjan et Lusaka

Les Assemblées Annuelles de la Banque africaine de développement (BAD) ont pris fin le vendredi 31 mai, au soir à Marrakech, par l’adoption d’une nouvelle stratégie décennale visant à développer les infrastructures et à favoriser une croissance inclusive sur le continent afin de tirer profit de la forte croissance économique.

Depuis le 27 mai, Chefs d’Etat et de gouvernement, ministres, experts et banquiers se sont penchés sur les grands défis auxquels fait face l’Afrique, autant que sur les atouts du continent confirmés par une croissance de 6,6%, et un intérêt croissant des investisseurs, notamment pour l’incroyable potentiel en ressources naturelles du continent.

Dans un communiqué final lu à la fin de la réunion, le conseil d’administration de la BAD a exprimé « la nécessité et l’urgence de mener à bien la transformation structurelle de l’Afrique », thème de la rencontre, et encouragé les Etats africains à s’engager sur le long terme dans cette optique.

« Il est absolument nécessaire de mettre en place des solutions adaptées pour répondre au défi de la création d’emplois, de la répartition équitable des bénéfices de la croissance et des ressources naturelles du continent, de même qu’il est nécessaire de tirer profit du dividende démographique que représente la jeunesse africaine », ajoute le texte.

Le Conseil a salué la Stratégie décennale de la Banque qui se concentre sur le développement d’une croissance inclusive et verte pour le continent autour de plusieurs priorités : les infrastructures, l’intégration économique régionale, le développement du secteur privé, la bonne gouvernance et la transparence, le développement de l’éducation et des technologies.

La BAD n’oublie pas de prendre également en compte et de se consacrer au règlement de questions encore problématiques comme les Etats fragiles, les questions de genre, l’agriculture et la sécurité alimentaire.

« Nous appelons la Banque à mettre en œuvre cette stratégie sur tout le continent, grâce à des opérations régionales et sectorielles, en budgétisant et en programmant », ajoute le communiqué.    Les délibérations des gouverneurs et des participants se sont concentrées sur cinq enjeux majeurs : la mise en œuvre de la nouvelle stratégie décennale, les voies et moyens de poursuivre et augmenter les gains et les progrès enregistrés par les pays africains ces dernières années, le financement des infrastructures, la 13ème reconstitution du Fonds Africain de Développement (FAD) et le retour du siège de la BAD à Abidjan.

« Nous appelons tous les donateurs à augmenter leur soutien au Fonds », indique le communiqué qui encourage aussi les Etats africains à y participer également.

En revanche le conseil d’administration a souhaité que l’analyse du projet « Fonds50 Afrique » soit approfondi, notamment dans son mécanisme de financement, avant validation.

La BAD prévoit de lancer un « Fonds50 Afrique » qui doit constituer une capacité spécifique complémentaire de la Banque pour attirer de nouveaux capitaux.  Il s’agit aussi de permettre la mise en place de capacités de structuration des projets de développement des infrastructures pour qu’ils puissent bénéficier notamment de nouveaux fonds souverains et internationaux.

Sur le plan institutionnel, le Bilan annuel du Groupe de la Banque pour l’année 2012 a été entériné, de même que l’audit des comptes et les programmes d’opérations par les Gouverneurs de la BAD.  Ceux-ci sont, en général des ministres des Finances ou des gouverneurs de Banque Centrale, représentant 77 pays membres.  Ils ont également adopté un certain nombre de résolutions.

Les membres du conseil d’administration ont enfin exprimé leur satisfaction quant aux performances financières et opérationnelles de la Banque, et salué son travail dans les Etats membres, notamment dans les Etats fragiles ou ceux en proie aux conflits comme le Mali et la Somalie.

Notée AAA avec perspectives stables par toutes les agences de notation, l’institution dispose d’une valeur élevée de capitalisation, résultat d’une gestion financière marquée du sceau de la prudence, mais pas de la défiance, avait précisé Pierre Van Peteghem, trésorier de la BAD dans une présentation. A la fin 2012, les fonds propres de la Banque s’élevaient à 8,2 milliards de dollars.
   
Sous la direction de Donald Kaberuka, président de la BAD, le ratio d’endettement de l’institution, le ratio d’endettement est passé de 86% en 2009 à 50% en fin 2012 ; 95% des liquidités sont placées sur des placements sûrs, et enfin 339 millions de dollars étaient disponibles pour affectation (réserve, initiative de développement, compte d’excédent).
Plusieurs nouveaux gouverneurs et directeurs exécutifs ont été élus pour remplacer ceux dont le mandat se termine à la fin du mois de juin 2013. Le Bureau et les comités conjoints de pilotage du Conseil des Gouverneurs ont été reconstitués pour travailler jusqu’en 2016.

Un calendrier des prochaines Assemblées annuelles a été établi : le Rwanda accueillera la prochaine réunion à Kigali entre le 19 et 23 mai 2014, suivi par la Côte d’Ivoire entre le 25 et le 26 mai 2015 à Abidjan, et enfin par la Zambie (Lusaka) entre le 23 et le 27 mai 2016.

Au total, 2.732 personnes ont participé à ces réunions dont 305 journalistes.