BAD - Tchad : Une intervention pour faire face aux défis de la fragilité

03/11/2013
Share |

Le Tchad a adhéré à la Banque africaine de développement (BAD), le 9 août 1968. La première intervention de l’institution date du 22 mars 1974, à travers l’appui à un projet du secteur agricole : Projet d’aménagement hydro-agricole de Satégui-Déressia. De 1974 à 2013, la BAD a approuvé 89 opérations pour un montant total de 547,5 millions d’UC dans tous les secteurs de développement (agriculture, transports, secteurs sociaux, eau/assainissement, énergie, communication, gouvernance) et sur toute l’étendue du territoire.

Un Etat Fragile

L’évaluation de la fragilité du Tchad montre que le pays répond au critère d’un Etat fragile en phase de « redressement progressif », tel que défini par les directives opérationnelles de la Facilité en faveur des Etats fragiles (FEF). En effet, la situation générale du pays est en voie de stabilisation, suite aux différents accords signés par le gouvernement avec les partis d’opposition. Pour crédibiliser davantage le processus électoral, un recensement du corps électoral a été effectué. Ainsi, c’est sur la base d’une nouvelle liste électorale permanente informatisée et consensuelle que les élections se sont déroulées (présidentielles et législatives en 2011 et les municipales en 2012). Le gouvernement a par ailleurs normalisé ses relations avec le Soudan.

Le gouvernement poursuit sa politique de déconcentration et de décentralisation  ayant  permis le regroupement des services publics locaux et régionaux en 23 régions, 64 départements et 254 sous-préfectures. Cette réforme a été promulguée en 2009, dans le but de rapprocher les services publics de la population et de préparer la décentralisation. Les autorités entendent renforcer les structures déconcentrées en ressources humaines et matérielles. 

En dépit de ces efforts, certaines structures de l’administration centrale connaissent de réels problèmes dans l’accomplissement de leur mission. Et ce, par manque d’équipements, de ressources humaines. Elles éprouvent des difficultés à remplir leur rôle de manière efficace. Ces structures nécessitent un appui institutionnel pour le renforcement de leurs capacités.

Intervention à travers le guichet des Etats fragiles

Afin de consolider la paix, renforcer l’Etat et ses institutions, son économie et ses capacités techniques, fortement réduites après 40 années d’instabilité politique générée par des conflits internes et externes, le Tchad a bénéficié des ressources du Guichet de renforcement des capacités (Guichet 3)  de la Facilité en faveur des Etats Fragiles (FEF) pour une allocation de 7 120 000 UC. Cet appui vient conforter les volets de renforcement des capacités et d’assistance technique des autres projets d’investissement que la BAD finance au Tchad. 

Les secteurs ciblés ont concerné : (la réduction des conflits agriculteurs-éleveurs, (le renforcement des capacités techniques et opérationnelles dans les secteurs financier, de la santé publique, de la sécurité alimentaire et de la statistique,  le renforcement de la gouvernance économique et financière et de la gouvernance dans les industries extractives.

Opérations  financées au Tchad 

La Banque africaine de développement a eu à financer plusieurs opérations pour permettre au Tchad de surmonter les éléments concourant à sa fragilisation socioéconomique. Il s’agit  de plusieurs domaines :

Réduction des conflits agriculteurs-éleveurs :

  • Etude sur la transhumance pour un montant de 156.745,46 UC. Ce projet a permis d’actualiser les pistes de transhumance et d’identifier celles qui sont conflictuelles. Ces résultats ont conduit à des actions d’aménagement pour sécuriser la mobilité pastorale et réduire les conflits. Projet clos.

Renforcement des capacités techniques et opérationnelles :

  • Assistance technique au secteur financier qui avait pour objectif un détachement d’un expert auprès de la Banque Agricole et Commerciale (BAC) du Tchad pour  90.351,12 UC. Projet clos.
  • Renforcement des capacités au ministère de la santé publique, pour un montant de 450.215,70 UC. Le projet a appuyé la Direction des ressources humaines et de la formation de ce ministère dans le cadre de l’élaboration de la politique nationale de santé, de la formation continue du personnel de santé ainsi que du perfectionnement du système de collecte de statistiques de santé. Projet clos.
  • Recensement du cheptel pour un montant de 587.245,04 UC. Le projet a permis de renforcer les capacités techniques et opérationnelles du Bureau Central du Recensement Général de l’Elevage pour lui permettre de produire de façon régulière des statistiques d’élevage fiables et pertinentes pour les décideurs. Projet en cours.
  • Un appui en matière d’assistance technique et de renforcement des capacités pour l’organisation d’une table ronde sur le Programme national pour la sécurité alimentaire (PNSA) à hauteur de 139.326,00 UC. Le financement de la BAD a permis l’actualisation du document en l’adaptant au contexte actuel et aux autres documents de stratégie. Il contribuera aussi à l’organisation matérielle de la table ronde. Projet en cours.
  • Un appui au renforcement des capacités dans le domaine statistique pour un montant de 1.000.000,00 UC. L’appui dans le domaine de la statistique permettra de disposer d’une connaissance plus approfondie et d’une analyse plus fine du tissu économique du pays et l’élaboration des perspectives de croissance des différentes branches d’activité. Ces éléments favorisent l’attraction des investissements directs étrangers (IDE) et l’accroissement du financement de l’économie par le secteur privé par une connaissance approfondie des réalités statistiques qui permettront de réduire la fragilité du pays sur le long terme. Projet en cours.
  • Le projet d’appui à la mise en œuvre du Plan National de Développement (2013-2015) et à l’élaboration de la Vision 2030 (500.000,00 UC). L’appui de la FEF au Cadre institutionnel permettra de faire le point sur l’impact de la mise en œuvre du plan national de développement (PND) qui couvrira la période 2013-2015. Le PND servira de cadre de référence aux partenaires techniques et financiers (PTF) pour définir leurs programmes d’appui au Tchad, réduisant ainsi la fragilité du pays à long terme. Projet en cours.
  • Le projet d’appui au renforcement des capacités dans le domaine des finances publiques (1.445.001,15 UC) a pour objectif de renforcer les capacités institutionnelles et humaines en planification et en gestion des marchés publics. Deux considérations justifient l’importance du projet : la faiblesse des compétences en planification et en programmation des investissements dans la perspective de la mise en œuvre d’un cadre de dépenses à moyen terme (CDMT) et, la nécessité de parachever le dispositif institutionnel des marchés publics. Projet en cours.
  • Le projet d’appui à l’initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) et le renforcement des capacités du Ministère du pétrole et de l’énergie (1.350.031,02 UC). Ces projets permettront la mise aux normes des principales procédures et systèmes favorisant la gouvernance institutionnelle et la transparence grâce aux bénéfices induits par l’aboutissement de la mise en œuvre du projet d’appui à l’initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) et le renforcement des capacités du Ministère du pétrole. Projet en cours.