Rencontre entre la ministre burkinabé de l’Education et les experts en éducation de la Bad

27/05/2008
Share |

La ministre burkinabé de l’Education nationale, Marie Odile Bonkoungou, a rendu, vendredi 23 mai, une visite de courtoisie à Mme Zeinab El Bakri, la vice-présidente de la Bad chargée des opérations sectorielles, avant de participer à une rencontre technique avec les experts de son complexe. Prenant la parole à l’ouverture de cette rencontre, Mme Marie Odile Bonkoungou a exprimé le souhait qu’il en sorte des mesures concrètes pour permettre la redynamisation du Centre régional pour l’éducation et l’alphabétisation en Afrique (CREA). «Je me réjouis de cette séance de travail qui nous permettra sans doute d’aboutir à des actions concrètes pour le bonheur des adultes qui ont besoin d’acquérir des connaissances pour participer au développement. Nos travaux seront également utiles pour les jeunes dont la situation est préoccupante dans nos pays», a dit la ministre burkinabé de l’Education.

Elle a par ailleurs présenté le CREA aux participants à la rencontre technique, rappelant qu’il a été créé en 1974 et qu’il regroupe 15 pays africains. «Malheureusement cette institution a connu une situation de léthargie que tous ses pays membres ont déplorée. Il a ainsi été décidé en 2006 de redonner au CREA son lustre d’antan», a poursuivi la ministre dont le pays assure la présidence du Comité de relance de l’institution commune.

«Nous avons conçu un programme technique et financier de 4 ans avec l’appui de la Francophonie. (…). Ce programme pour lequel nous demandons aujourd’hui  l’appui de la BAD repose sur six composantes», a-t-elle indiqué.

Dans son mot de bienvenue, M. Sibry Tapsoba, directeur par intérim du département de l’éducation de base et de la formation professionnelle et technique, a formulé le vœu que les discussions aident à relancer la croissance dans les pays membres du CREA. «C’est un plaisir pour la BAD de vous recevoir, vous et votre délégation, et de  pouvoir explorer ensemble les opportunités qu’il y a à développer un partenariat avec le CREA dans le cadre de l’alphabétisation», a déclaré  M. Tapsoba. Il a également exprimé le vœu que les discussions entre les deux parties soient «très pratiques».

La BAD soutient, rappelle-t-on, de nombreux projets dans le domaine de l’Education en Afrique. Elle assure, en moyenne, le financement de trois projets par pays pour des montants qui varient en général de 4,5 millions d’unités de compte (7 millions de $ EU) pour les plus petits pays à une vingtaine de millions d’UC (32 millions de $) pour les plus grands. La Banque a déjà financé 4 projets éducatifs au Burkina Faso ; le cinquième,  qui est en cours d’exécution, comporte, entre autres, l’élargissement de l’accès et  l’amélioration de la qualité de l’éducation de base et de l’alphabétisation.