La BAD met en place une stratégie de gestion des risques climatiques et d’adaptation

30/04/2009
Share |

Tunis, le 29 avril 2009 – La Banque africaine de développement (BAD) a répondu à l’appel de la communauté internationale pour une gestion efficace des risques posés par le changement climatique, en mettant en place une stratégie dont l’objectif est d’apporter des solutions aux risques qui menacent la croissance économique durable en Afrique et de promouvoir la stabilité politique dans le monde. Le conseil d’administration de la BAD a approuvé, mercredi à Tunis, la Stratégie de gestion des risques climatiques et d’adaptation, permettant ainsi sa mise en œuvre.  

L’élaboration de la stratégie a été déterminée par le fait que l’Afrique est plus vulnérable au changement et à la variabilité du climat, une situation compliquée par la faiblesse des capacités d’adaptation. Les experts prévoient que toutes les sous-régions du continent connaîtront une hausse de température, probablement plus élevée que la moyenne annuelle du réchauffement à l’échelle mondiale. Dans le même temps, la plus grande partie de l’Afrique devrait enregistrer une baisse de la pluviométrie annuelle moyenne ainsi qu’une aggravation de l’aridité et de la sècheresse. La baisse des précipitations et la hausse de la température risquent probablement de provoquer un assèchement climatique et une accentuation de l’aridité dans une partie encore plus grande du continent.

A travers l'Union africaine et plusieurs conférences des ministres sectorielles, les leaders africains sont devenus de plus en plus conscients des défis de développement posés par le changement climatique et ils considèrent le redressement de ses impacts négatifs sur le continent comme une priorité. Par exemple, lors de la huitième session ordinaire de l'union africaine qui s’est tenue en janvier 2007 les pays membres régionaux (PMR) et les communautés économiques régionales en collaboration avec le secteur privé, les  sociétés civiles  et les partenaires au développement ont été exhorté à  intégrer des initiatives relatives au changement climatique dans leurs stratégies et programmes de développement aux niveaux national et régional.

La stratégie de la Banque pour l’adaptation au changement climatique et la gestion des risques y afférents se fonde sur les résultats de plusieurs réunions régionales de consultations entre parties intéressées, ainsi que les recommandations du Groupe de travail du président sur le changement climatique. Elle vise essentiellement à favoriser l’élimination de la pauvreté et à contribuer à améliorer durablement les moyens de subsistance des populations. Il s’agit plus précisément de réduire la vulnérabilité des pays membres régionaux (PMR) à la variabilité climatique et favoriser la capacité d’adaptation au climat dans le cadre des projets de développement passés et futurs financés par la Banque pour en renforcer l’efficacité ; renforcer les capacités et les connaissances des PMR pour relever les défis du changement climatique et assurer la durabilité par le biais de réformes des politiques et des cadres réglementaires.

Déterminée à soutenir ses pays membres régionaux à pallier aux effets du changement climatique,  la stratégie a énoncé les principaux domaines d’intervention relatifs aux risques de changement de climatique et aux renforcements des capacités de ces pays à atteindre leurs objectifs de développement et les ODM.

Pour atteindre ces objectifs, la stratégie en matière de gestion du risque climatique et d’adaptation aux changements (CRMA) portera sur trois grands domaines d’intervention :

 

  • les investissements dans des projets à l’épreuve du climat prévoiront des mesures pour s’assurer que les actions de développement sont protégées des effets négatifs du changement et de la variabilité climatiques et des phénomènes extrêmes, et que des stratégies de développement sans effets sur le climat sont adoptées afin de retarder et d’atténuer les conséquences néfastes du changement climatique ;
  • les réformes des politiques et du cadre juridique et réglementaire: étant donné que le changement climatique est une notion nouvelle dans la plupart des PMR, il importe d’appuyer l’adoption de politiques à même de répondre aux risques nouveaux liés au changement climatique et de renforcer les réformes juridiques et réglementaires afin d’instaurer un environnement propice à l’adaptation et à la gestion des risques climatiques ;
  • production de connaissances et renforcement des capacités : l’absence de données sur le climat et la faiblesse des capacités africaines en matière d’intégration du changement climatique constituent une contrainte de taille pour la gestion des risques climatiques. La Banque utilisera, en tant que de besoin, toutes les ressources financières disponibles à l’échelle mondiale ainsi que ses guichets d’investissements pour prendre en charge les activités liées à la stratégie CRMA dans le cadre de ses opérations. La Banque utilisera aussi, en tant que de besoin, toutes les ressources financières disponibles à l’échelle mondiale ainsi que ses guichets d’investissements pour prendre en charge les activités liées à la stratégie CRMA dans le cadre de ses opérations.

La stratégie sera mise en œuvre par l’Unité du genre, du changement climatique et du développement durable (OSUS). Elle sera intégrée dans les opérations de la Banque et reflétée dans le Document de stratégie pays (DSP) ainsi que dans les cadres de stratégie régionaux qui définissent les priorités opérationnelles de ses pays membres et des sous-régions. Cliquez ici pour plus d’informations.