La Bad va financer plus de projets d’infrastructure en Afrique

02/02/2007
Share |

La Groupe de la Banque africaine de développement a mobilisé 1,6 milliard de dollars pour financer plusieurs projets d’amélioration de l’infrastructure en Afrique. Les projets, qui sont essentiellement concentrés dans les secteurs de l’énergie et des transports, contribueront à doter le continent d’une infrastructure moderne répondant  aux normes internationales, a déclaré le chef par intérim en charge du Nepad à la Banque africaine de développement, Dr Ini Urua.

S’adressant à la presse à Addis-Abeba à l’issue du Sommet de l’Union africaine qui s’est tenu du 29 au 30 janvier 2007, M. Urua a précisé que la banque avait déjà financé, dans le cadre d’initiatives du Nouveau Partenariat pour le développement en Afrique, 33 projets pour un  montant  total de 800 millions de dollars E.U.

« La banque a lancé une série de réformes pour être en mesure de faire avancer l’agenda africain, a-t-il indiqué en donnat comme exemple la création d’une vice-présidence chargée de l’infrastructure et de l’intégration régionale pour promouvoir le développement de l’infrastructure et se pencher sur les questions d’intégration régionale ».

La banque est prête à appuyer cette année la construction d’un oléoduc entre le Kenya et l’Ouganda  dès que le contrat est signé avec le soumissionnaire qui a gagné l’appel d’offres.

La Bad a également parachevé les études pour lancer la phase de construction de l’autoroute entre le Kenya et l’Ethiopie, qui s’étendra sur 1 600 Km allant  du port de Mombasa à Addis-Abeba. Cette autoroute permettra de développer le transport et les communications en Afrique de l’Est.

« La Banque appuie très fortement l’infrastructure régionale. S’il est vrai que les projets régionaux et transfrontaliers (Nepad) ont peut-être mis plus de temps à se matérialiser, c’est que la conception et la planification de tels projets est plus délicate que pour d’autres », a expliqué M. Urua.

Le Groupe de la Bad a mobilisé des ressources supplémentaires pour soutenir les efforts de l'Afrique à améliorer ses routes et l’électricité. Elle travaille aujourd’hui sur le lancement d'une initiative majeure pour mettre à la disposition des pays africains plus de ressources financiers dans le cadre d’une initiative du G8.

La Bad prévoit également de lancer cette année un projet d’interconnexion électrique entre le Kenya et la Zambie, a expliqué M. Urua, indiquant que ce projet est le premier du genre d’une série de projets couvrant l’Afrique.

« Nous souhaitons que nos partenaires travaillent collectivement avec nous sur des sujets préoccupant tout le continent. Le message le plus important que nous lançons à l’Afrique c’est que la BAD compte participer au financement des initiatives régionales en ayant comme seul objectif le développement de l’Afrique », a-t-il ajouté.

La Bad fournit des ressources concessionnelles et non concessionnelles aux pays africains cherchant à développer leur infrastructure. La banque cherche actuellement à financer des projets technologiques et scientifiques sur le continent en conformité avec les objectifs du Nepad visant à améliorer la croissance à travers la science. Le G8 a appuyé le Groupe de la Bad à mettre sur pied et à abriter le Consortium pour l’infrastructure en Afrique avec l’objectif d’augmenter les ressources destinées à l’infrastructure et résoudre les contraintes de capacité de l’Afrique.

Le rôle de la BAD consiste à faire en sorte que les engagements financiers en faveur de l’Afrique se traduisent dans les actes », a expliqué M. Urua, qui a ajouté que la banque était prête à financer une série de projets d’envergure sur le continent, avec le secteur de l’énergie comme priorité principale.

Le Kénya et l’Ethiopie sont également en train de travailler sur un réseau électrique commun, qui en est aujourd’hui à son stade final après le lancement d’une centrale la semaine dernière à Addis-Abeba lors du sommet de l’Union africaine, a précisé M. Urua.

« Nous financerons l’interconnexion entre l’Ethiopie et le Kenya. Voilà des réalisations concrètes. Nous relierons également la Tanzanie à l’interconnexion Kenya-Zambie », a-t-il conclu.