Le Bénin et la BAD signent un accord de prêt de 12 milliards de FCFA pour un Projet de connexion électrique

03/06/2008
Share |

Tunis, le 3 juin 2008 – La Banque africaine de développement (BAD) et la République du Bénin ont signé un accord de prêt d'un montant de 17,39 millions d'unités de compte (d'UC), soit 28,2 millions de dollars (11,9 milliards de FCFA) destiné à financer le tronçon national de la ligne de connexion électrique avec le Togo et le Ghana voisins.

L'accord a été signé lundi à Tunis, par le Vice-président du Groupe de la Banque en charge de l'infrastructure, du secteur privé et de l'intégration régionale, Mandla Gantsho, et l'Ambassadeur du Bénin au Maroc, Bio Torou Guiwa.

Le projet, qui fait partie du Programme de mise en commun des ressources énergétiques en Afrique de l'Ouest, comprend la construction d'une ligne de transmission de 338 kV, entre Sakete au Bénin et la sous-station de Volta près de Tema au Ghana, via le Togo. Il comprend également l'extension des sous-stations de Sakete et Volta-Tema ainsi que la construction d'une nouvelle sous-station à Mome Hagou, au Togo.

Le projet permettra d'accroître les capacités de transmission entre le Nigeria, le Bénin, le Togo et le Ghana, et donc de favoriser l'échange d'électricité, ce qui devrait rendre ainsi la fourniture d'électricité plus fiable et réduire les coûts de transaction.

Dans son allocution, lors de la cérémonie, M. Gantsho a rappelé l'importance cruciale du Programme de mise en commun des ressources énergétiques en Afrique de l'Ouest, qui permettra l'émergence d'un marché unifié de l'électricité dans la CEDEAO, par la mise en place d'interconnexions entre les réseaux d'électricité de ses pays membres.

"Les interconnections telles que la ligne de transmission Ghana-Togo-Bénin permettront la circulation de l'énergie entre les pays capables de produire de l'hydroélectricité à moindre coût et les pays où la fourniture d'électricité dépend actuellement de stations électriques thermales alimentées par du pétrole importé très onéreux.

"En rendant possibles l'échange d'électricité, les interconnections permettront également aux services publics de la région de gérer de manière optimale l'utilisation des ressources hydrauliques rares pendant les périodes de sécheresse, a expliqué M. Gantsho, avant d'ajouter que le programme est essentiel pour atteindre les objectifs de développement pour le millénaire.

Le coût total du projet de connexion des lignes électriques est estimé à 71,34 millions d'UC, soit 115,6 millions de dollars.


Sections Connexes

Contact