Le BRICS présente leur Nouvelle banque de développement aux Assemblées annuelles de la BAD

27/05/2016
Share |

La Nouvelle banque de développement (NDB par acronyme anglais) lancée par les cinq pays membres des BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud – a fait l’objet d’une présentation, mardi 24 mai 2016, au deuxième jour des Assemblées annuelles 2016 de la BAD, qui se sont ouvertes lundi, à Lusaka.

La NDB n’entend pas faire concurrence à la Banque africaine de développement, a tenu à souligner son vice-Président, Leslie Maasdorp, ajoutant qu’elle travaillerait main dans la main avec la BAD dans la mise en œuvre des projets de développement du continent africain. De fait, membre fondateur de la NDB, l’Afrique du Sud est également membre du groupement des BRICS et de la BAD. « Nous aurons une réserve importante de projets, a indiqué Leslie Maasdorp, dont la mise en œuvre permettra d’appuyer le travail effectué par la BAD dans les pays membres régionaux. » Pour concrétiser cette offre de collaboration, le premier Bureau régional de la NDB, sera ouvert « très prochainement » en Afrique du Sud. Ce sera, a-t-il précisé, une plateforme pour développer des projets régionaux sur le continent. A terme, chaque pays du BRICS aura un Bureau régional.

La Nouvelle banque de développement du BRICS  entend échapper au poids économique et politique des grands pays industrialisés. Pour financer des projets, la NDB va ainsi recourir aux marchés financiers de ses pays membres, avec pour stratégie de lever des fonds en monnaies locales – une stratégie adoptée par la BAD – afin de minimiser les risques financiers et de réduire les coûts. La NDB compte également assouplir ses procédures de financement.

La Nouvelle banque de développement va lancer sa première levée de fonds la semaine prochaine, sur le marché financier chinois, en émettant des obligations en monnaie locale, le Yuan, conformément à la nouvelle architecture financière de l’institution.

Le statut de la NDB prévoit d’ouvrir son capital à des pays non membres du BRICS, les pays membres en conservant la majorité – soit 55 %. Mieux, 80 % de ses avoirs profiteront aux marchés des pays émergents donc des pays du BRICS.

Au plan du processus de la prise des décisions au sein de la NDB, tous les membres sont égaux.

La NDB a démarré ses activités en juillet 2015, avec un capital initial de 1 milliard de dollars EU. Les Etats membres verseront 2 milliards de dollars EU chacun dans les prochaines années. L’objectif est d’atteindre 40 milliards de dollars EU.


Sections Connexes

Contact