Construction de routes pour l’intégration africaine- Prêts et dons de 92 millions de $ du Fad pour l’Afrique de l’Est

15/02/2007
Share |

Tunis, le 9 février 2007 – Le Groupe de la Banque africaine de développement (Bad) a signé deux accords de prêt et trois accords de don totalisant 61,5 millions d’unités de compte* (92 millions de dollars), avec le Kenya, la Tanzanie et deux organisations régionales africaines, pour financer des infrastructures routières dans la région.

Les accords ont été signés jeudi à Tunis par M. Mandla Gantsho, vice-président du Groupe de la Bad chargé de l’infrastructure, de l’intégration régionale et du développement du secteur privé, et le secrétaire général de la Communauté de l’Afrique de l’Est, M. Juma Mwapachu. Les autres signataires sont les secrétaires permanents auprès des ministres des finances kényan et tanzanien, MM. Joseph Kinyua et Gray Mgonja, ainsi que le secrétaire exécutif de l’Autorité du corridor Nord, Godfrey Onyango.

Évoquant l’importance des deux projets financés par les prêts et les dons – le projet de facilitation du commerce et du transport en Afrique de l’Est et le projet d’aménagement de la route reliant Arusha à la ville de Namanga et la rivière Athi –, M. Gantsho a fait état de la nécessité dans laquelle se trouvaient les économies africaines de procéder à des ajustements profonds, à l’échelle individuelle mais aussi au niveau régional, dans le cadre d’une mondialisation de plus en plus poussée.

« L’étroitesse des marchés et le manque d’adéquation des infrastructures, entre autres facteurs, empêchent notre continent de réaliser leur potentiel économique dans le contexte de la mondialisation », a-t-il déclaré, ajoutant que cette situation faisait ressortir davantage la nécessité de l’intégration régionale comme catalyseur pour la réalisation de l’immense potentiel économique et humain du continent.

Le vice-président de la Bad a indiqué que les deux projets, qui figurent parmi les priorités du programme de transport du Nepad, s’attachent à faire disparaître les barrières physiques et les barrières moins visibles à l’intégration régionale en facilitant le déplacement des peuples et des biens à travers les frontières nationales et en fournissant l’infrastructure physique.

M. Gantsho a apprécié le rôle de la Banque mondiale et de la Banque japonaise pour la coopération internationale, qui sont parmi les cofinanciers.

« Les deux projets sont de bons exemples de la coordination des efforts pour fournir une assistance à plusieurs pays membres régionaux et à plusieurs organisations régionales pour résoudre des problèmes de développement à l’échelle régionale », a-t-il dit.

Pour sa part, le secrétaire permanent auprès du ministre tanzanien des finances, M. Gray Mgonja, a insisté sur la nécessité de liaisons routières et aériennes entre les pays africains, soulignant qu’il lui avait fallu trois jours pour voyager de Tanzanie en Tunisie, en passant par l’Europe, alors que Tunis est une capitale africaine.

L’administrateur de la Tanzanie pour la Bad, M. Gerald Zirimwabagabo, a souligné l’importance stratégique de l’infrastructure pour le développement de l’Afrique en général et de l’Afrique de l’Est en particulier.

Ces accords portent les engagements du Groupe de la Banque dans les pays d’Afrique de l’Est, en incluant le Burundi et le Rwanda, à 5,5 milliards de $ pour financer des projets économiques et sociaux.

* 1 UC = 1,50440 US$ au 09/02/2007

CONTACT: Chawki Chahed – Tél.: +216 71 10 27 02 – E-mail: c.chahed@afdb.org


Contact

Felix Njoku Téléphone: +216 71 10 26 12