Burundi : don de 15 millions de dollars pour le programme de création d'emplois

24/06/2009
Share |

Tunis, le 24 juin 2009 - Le Fonds africain de développement (FAD), le guichet concessionnel  du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), a approuvé mercredi à Tunis, un don de 15,5 millions de dollars (10 millions d'unités de compte (UC*) pour financer un Projet d’appui au programme de création d'emplois au Burundi.

Le projet est la troisième opération de la Banque au Burundi centrée sur la lutte contre la pauvreté, à travers les actions de création d’emplois et de renforcement de la base productive selon la méthode de travaux à haute intensité de main d’œuvre. Il vise à accroître les opportunités de création d’emplois dans les provinces Ngozi, Gitega et Kayanza, en vue d’améliorer les conditions de vie des populations

Cette opération fait partie d’un programme soutenu par trois bailleurs de fonds : le Fonds africain de développement, la Banque mondiale et la Coopération technique belge (CTB). Elle vise à créer des emplois de masse dans le pays et à valoriser le capital humain dans une phase de reconstruction post-conflit. Elle contribue ainsi à la réalisation des objectifs du deuxième et du troisième axe du Cadre stratégique de croissance et de lutte contre la pauvreté (CSLP). Les actions retenues dans le projet s’insèrent dans le cadre de la vision de la Banque et dans son programme de coopération avec le Burundi pour la période 2008-2011 axé sur la promotion de la gouvernance,  la sécurité, et d’une croissance économique équitable et durable.

Les bénéficiaires cibles sont les populations urbaines et périurbaines de Ngozi (30,000 habitants), les populations rurales des trois provinces (1,9 million d’habitants), les associations communautaires, les agents et personnels des petites et moyennes entreprises (PME), des bureaux d’études (BE), et des bâtiments et travaux publics (BTP), ainsi que les associations des producteurs. La zone du projet qui abrite près de 24% de la population du pays a été retenue en raison de la forte pression démographique sur les ressources (plus de 400 hab. /km²), et la forte présence des populations vulnérables (réfugiés, ex-combattants et déplacés), entre autres raisons.

Le coût total du projet est estimé à 51,01 millions d'UC. Les contributions de la Banque mondiale et de la CTB sont  respectivement de 32,11 millions d’UC (58%) et de 8,90 millions d'UC. La contribution du FAD représente, quant à elle, 20% de l'ensemble du coût du programme.

* 1 UC = 1,54805 US $ = 1839.49 BIF le 24/06/2009