Afrique de l’Ouest : 3e édition de WAFCEF, le concours ouvert aux entrepreneurs et entreprises opérant dans les énergies propres

26/10/2016
Share |

La troisième édition du concours de plans d’affaires du Forum sur le financement des énergies propres en Afrique de l’Ouest (dit par acronyme anglais WAFCEF), un concours porté par le Réseau consultatif pour le financement privé, a été lancé en marge de la Semaine de l’énergie durable de la CEDEAO, qui s’est tenue à Accra du 17 au 19 octobre.

Le concours est ouvert à tout entrepreneur ou société opérant et enregistré(e) dans l’un des pays de la CEDEAO, de même qu’à toute personne ou entreprise étrangère qui y conduit des projets. Le concours bénéficie du soutien de l’initiative « Power Africa » de l'Agence américaine pour le développement international (USAID), du Réseau consultatif pour le financement privé (dit par acronyme anglais PFAN), du Fonds des énergies durables pour l’Afrique (SEFA) de la BAD et du Centre pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (CEREEC) de la CEDEAO.

Seules sont éligibles les propositions de projet dans les énergies renouvelables qui requièrent un investissement initial supérieur à 1 million de dollars EU. Les promoteurs des projets présélectionnés participeront à un atelier sur l’élaboration et le financement de projet et bénéficieront d’un encadrement professionnel individualisé et gratuit afin de les aider à mieux affiner leurs plans d’affaires.

La date limite de soumission des propositions est fixée au 12 décembre 2016.

Les dix finalistes retenus au maximum présenteront leur plans d’affaires à des investisseurs, des spécialistes de l’industrie et à des dirigeants d’entreprises intéressés par le financement des énergies propres, lors d’une cérémonie prévue en 2017. Ces juges issus du secteur privé sélectionneront les trois (3) meilleurs projets qui se verront remettre le prix du Financement des énergies propres en Afrique de l’Ouest.

La première édition du Concours a eu lieu en 2013. Elle a été remportée par l’entreprise SMEFUNDS GEB (Small and Medium Entrepreneurship Fundamentals – Green Energy and Biofuels), une start-up nigériane à l’origine de la première installation de production de combustibles de cuisson qui propose de produire un gel bioéthanol pour cuisinière à partir de déchets. La start-up a bénéficié d’une subvention de 580 000 dollars EU du SEFA pour financer les services de conseil et les études techniques dont elle avait besoin pour son expansion.

Tenue en 2015, la deuxième édition a été remportée par Ivoire Hydro Energy, un promoteur de Côte d’Ivoire qui avait proposé la conception, la construction et l’exploitation d’une centrale hydroélectrique de 44 mégawatts sur le fleuve Bandama.

Le concours WAFCEF répond pleinement au « New Deal » pour l’énergie en Afrique de la BAD, qui, entre autres priorités, appelle à soutenir à un stade précoce les projets favorisant l’accès à une énergie moderne, propre et fiable sur le continent.

Pour plus d’informations sur les termes et les conditions du concours, veuillez consulter les documents joints ci-dessous. La date limite pour la soumission des propositions, qui doivent contenir une fiche de données du projet au format Excel, est fixée au lundi 12 décembre 2016.

Documents connexes

Appel à propositions (anglais)

Appel à propositions (français)

Fiche de données du projet (anglais)

Fiche de données du projet (français)

Élaborer une proposition de projet initiale : Directives (anglais)

Élaborer une proposition de projet initiale : Directives (français)

À propos du Fonds des énergies durables pour l’Afrique (SEFA)

SEFA est un fonds multi-bailleurs doté de 100 millions de dollars EU, visant à appuyer le programme des énergies durables en Afrique et opérant à travers trois composantes : des subventions pour faciliter la préparation de projets de taille moyenne dans la production d’énergies renouvelables et dans l’efficacité énergétique ; des prises de participation pour combler le déficit de financement des petits et moyens projets de production d’énergies renouvelables ; et un appui au secteur public en vue d’instaurer un environnement favorable aux investissements du secteur privé dans les énergies durables. Financé par le Danemark, les États-Unis, l’Italie et le Royaume-Uni, SEFA est hébergé par le Département de l’énergie, de l’environnement et du changement climatique de la BAD.

À propos du « New Deal pour l’énergie en Afrique »

La Banque africaine de développement a lancé le New Deal pour l’énergie en Afrique en 2015, avec pour objectif d’aider le continent à garantir l’accès de tous à l’électricité d’ici à 2025, en mettant l’accent sur les solutions d’énergies renouvelables et propres. Cet objectif nécessite de fournir 160 GW de nouvelle capacité, 130 millions de nouveaux raccordements sur le réseau, 75 millions de connexions hors réseau et fournir à 150 millions de foyers des solutions de cuisson propres. Le « New Deal » se concentre sur sept thématiques : 1) créer un environnement politique favorable ; 2) transformer les entreprises d’utilité publique en entreprises performantes ; 3) accroître sensiblement le nombre de projets énergétiques bancables par un appui à un stade précoce ; 4) accroître les réserves de fonds pour débloquer de nouveaux projets ; 5) soutenir des programmes d'accès à l'énergie pour les personnes qui se situent au bas de la pyramide, surtout les femmes ; 6) accélérer les principaux projets régionaux afin de stimuler l'intégration ; 7) produire des vagues de « transformations » énergétiques à l’échelle nationale.

À propos de Power Africa

Power Africa (« Énergie pour l’Afrique ») est une initiative américaine, lancée par le président Obama en 2013. Ses objectifs sont d’accroître l’accès à l’électricité en Afrique subsaharienne en ajoutant plus de 30 000 mégawatts de capacité de production électrique plus propre et plus efficace, et 60 millions de nouveaux raccordements domestiques et industriels. Power Africa a déjà permis à des projets, devant produire plus 5 200 MW de production électrique nouvelle et plus propre, d’atteindre la clôture financière. Ces projets devraient permettre plus de 2,5 millions de nouveaux raccordements à l’électricité, et alimenter ainsi plus de 10 millions de personnes. Pour plus d’informations, veuillez visiter le site : https://www.usaid.gov/powerafrica.

À propos du bureau Afrique de l’Ouest de l'Agence américaine pour le développement international (USAID)

L'objectif du bureau régional de l’USAID en Afrique de l'Ouest est de promouvoir le bien-être social et économique réalisé par les Ouest-Africains. Couvrant 21 pays, l'USAID/Afrique de l'Ouest conçoit et met en œuvre des programmes avec les partenaires ouest-africains pour renforcer les systèmes de gestion non violente des conflits, soutenir la croissance économique et étendre les services de santé de qualité. Le peuple américain, par l’entremise de l’USAID, fournit une assistance économique et humanitaire dans plus de 100 pays à travers le monde. Pour plus d’informations, veuillez visiter le site : http://www.usaid.gov/west-africa-regional.

À propos du Réseau consultatif pour le financement privé (PFAN)

Le Réseau consultatif pour le financement privé (CTI-PFAN) est un partenariat multilatéral, public-privé, lancé par l’Initiative pour les technologies climatiques (CTI) en collaboration avec la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Le CTI-PFAN appuie des projets prometteurs et innovants dans le domaine des énergies propres et renouvelables en comblant le fossé entre investisseurs d’une part, et entrepreneurs et promoteurs de projets d’autre part. Pour plus d’informations, veuillez visiter le site www.ctipfan.net.

Centre pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique de la CEDEAO (CEREEC)

Le CEREEC est le Centre pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique de la CEDEAO, chargé de promouvoir les marchés des énergies durables en Afrique de l’Ouest. Son initiative de développement et de financement de projets entend : 1) démontrer la faisabilité des projets à travers des actions exemplaires et l’appui au financement des projets ; 2) doter les parties prenantes locales de l’expertise requise afin qu’elles s’impliquent efficacement dans l’industrie ; 3) améliorer l’environnement favorable afin d’accompagner la réalisation des objectifs des gouvernements en place. Le CEREEC est financé par l’Espagne, l’Autriche et l’ONUDI.