Le Cap Vert accède au rang de pays à revenu intermédiaire

29/10/2009
Share |

Tunis, le 28 octobre 2009 - Le Conseil d'administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé le document de Stratégie pays (DSP) du Cap-Vert pour la période 2009-2012, et a de ce fait  entériné son passage au statut de pays mixte, qui lui donne accès aux ressources non-concessionnelles de la BAD toute en gardant son accès aux ressources concessionnelles du Fonds africain de développement (FAD).

Le DSP du 2009-2012 s’inscrit dans le double cadre de la Stratégie de transformation économique (STE) du Cap-Vert qui est une vision structurante à long terme, et du Document de stratégie de réduction de la pauvreté II (DRSP 2008-2011).  Ancré sur deux piliers, le DSP privilégiera la bonne gouvernance pour permettre au pays de capitaliser sur ses gains en la matière (pilier 1), et les infrastructures qui tireront à la fois le tourisme, moteur de la croissance, et rehausseront la compétitivité de l’économie (pilier 2).

Dans le cadre du premier pilier, la Banque soutiendra les réformes destinées au renforcement de la gestion des finances publiques, notamment à travers une série de programmes d’appuis budgétaires. Elle appuiera également les efforts de modernisation de l’Etat, à travers le Projet « Data Center », qui dotera le pays d'une plate-forme unifiée et structurante pour la digitalisation plus avancée du pays. Pour l’amélioration du climat des affaires et de la compétitivité, et la promotion du  secteur privé, la Banque entreprendra, outre les mesures des appuis budgétaires, des études économiques et sectorielles ciblées (étude sur les coûts de l’insularité, profil du secteur privé, et étude sur la compétitivité fiscale des services).

Pour le deuxième pilier la Banque ciblera les infrastructures de transport, d’énergie et de mobilisation des ressources en eau dans un contexte de vulnérabilité du pays aux variabilités et changements climatiques. Plus spécifiquement, il s’agira de contribuer au développement des infrastructures de transport selon des standards internationaux pour atténuer les contraintes et surcoûts de l’insularité, améliorer la compétitivité, et positionner le pays comme hub de transport international. La Banque contribuera aussi à réduire le déficit de production de l’énergie dont la demande croissante est induite à la fois par les besoins des activités économiques et la production d’eau potable par dessalement. Enfin, pour atténuer les effets des changements climatiques sur la mobilisation des ressources en eau, le Fonds africain de l’eau (FAE) financera au préalable une étude qui guidera à la fois la politique du Gouvernement et le financement de projets par la Banque.

Avec l’accession du Cap-Vert au statut de Pays à revenu intérimaire (PRI), la politique de crédit de la Banque lui octroie le statut de catégorie B ou « pays mixte » ayant accès à la fois au guichet BAD et FAD, un changement consacré par l’approbation par les Conseils du présent DSP. En plus, le pays tirera partie de la Stratégie de la Banque pour le développement du secteur privé (2007) et du Cadre stratégique de la Banque pour l’accroissement de l’appui aux PRI (2008).

Le portefeuille actif du Cap-Vert comporte 5 opérations, dont une en phase de clôture, pour un montant total net de 17,53 millions d’UC, dont 7,54 millions d’UC décaissés. Les opérations sont de taille modeste, mais ciblent des secteurs d’intervention précis.

1 UC (unité de compte) = 1,56606 dollars américain en octobre 2009