Une Tchadienne, première lauréate de la bourse d’études du Fonds du réseau des femmes de la BAD

09/03/2015
Share |

Le Réseau des femmes de la Banque africaine de développement (AfDBWN), dans son souci de renforcer l'accès des jeunes filles africaines à l'enseignement supérieur, et dans le cadre de son engagement à parvenir à l'égalité des sexes, a annoncé Jeanne Dina Kitoko, première lauréate de la bourse d’études allouée à travers son Fonds pour la scolarisation des filles (FSF).

L'annonce a été faite à l'occasion de la Journée internationale de la femme, le 8 Mars 2015.

Jeanne, 17 ans, est tchadienne et orpheline de père. Sa famille vit dans une zone reculée du pays. Son ambition est de devenir météorologue et à cette fin, elle est actuellement inscrite au département de géographie de l'Université de Moundou, au Tchad.

La bourse lui permettra de poursuivre son programme et de réaliser son objectif. Contactée par le département des Relations extérieures et de la communication de la Banque, Jeanne a exprimé sa gratitude à l’institution et s’est félicitée d’avoir été sélectionnée pour le programme. «Cette bourse qui m’est offerte par le Réseau des femmes de la BAD me permettra de poursuivre mes études supérieures, et aura un impact positif dans ma vie et celle de nombreuses autres jeunes filles. Il s’agit d’une façon concrète d’autonomiser les jeunes filles moins fortunées comme moi, et de promouvoir ainsi le développement de l'Afrique ", a-t-elle dit.  Jeanne, indique-t-on, a été choisie par un comité, aux termes d’un processus de sélection rigoureux, avec comme principaux critères de sélection :

  • La zone géographique sur le continent: Les candidats sont sélectionnés par rotation et par ordre alphabétique par le FSF: Afrique centrale, Afrique de l'Est, Afrique du Nord, Afrique australe et Afrique de l'Ouest. La première zone sélectionnée est l'Afrique centrale.
  • Choix du pays: Le premier pays sélectionné est celui avec le plus faible taux de scolarisation des femmes à l'école secondaire. En Afrique centrale, le rapport de l'Institut statistique de l'UNESCO de 2012, indique que le Tchad a le plus faible pourcentage (15%) d'étudiantes dans l'enseignement supérieur; le pays enregistre également le taux de décrochage scolaire le plus élevé en Afrique. Sur cette base, ce pays a été choisi comme le premier pays bénéficiaire.
  • Sélection du candidat au niveau des pays: La sélection du candidat au niveau des pays, a été réalisée en collaboration avec le Bureau de la Banque (BR) dans le pays, le gouvernement et les partenaires œuvrant dans le secteur de l'éducation dans le pays. Le Comité du FSF et le BR ont mis en place une entité comprenant des représentants des ministères de la femme, de l'éducation, et des affaires sociales, ainsi que la section tchadienne du Forum des femmes africaines éducatrices (FAWE), appuyés par l’Association des Femmes tchadiennes.
  • Analyse des dossiers des filles/femmes admises au baccalauréat en 2014 et à l’élaboration d’une liste d’admises par ordre de mérite par un comité.

Le Groupe de la BAD appuie fortement les politiques d'éducation inclusive. L'initiative du Réseau des Femmes de la BAD fait l’écho de la stratégie de l’institution en matière du genre, ainsi que sa réponse visant à augmenter qualitativement le nombre de femmes africaines à l'école, en leur dispensant un enseignement technique professionnel et supérieur approprié.

Le Fonds pour la scolarisation des filles, a été lancé par le Réseau des femmes de la BAD en 2013, et conçu comme un canal permettant au personnel de l’institution de contribuer au développement du continent, et par ricochet, à l'autonomisation des femmes, à travers l'accès à l'enseignement supérieur. Le FSF vise à soutenir les efforts de la Banque visant à promouvoir une croissance inclusive, mais aussi à répondre aux défis posés par l'inégalité entre les sexes en Afrique.