Chine-Afrique : Echanges d’expériences en matière de développement des services financiers en milieu rural

15/05/2008
Share |

Un séminaire  sur les expériences dans le financement du développement rural en chine et en Afrique, s’est tenu,  lundi à Maputo, dans le cadre des Assemblées annuelles du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD). Ce séminaire était l’occasion pour les participants (experts et hauts responsables d’institutions financières) de partager les expériences respectives africaine et chinoise,  dans les domaines de la réforme des services financiers et l’innovation financière en milieu rural, et de discuter du rôle des services financiers dans le développement économique en milieu rural. Les deux parties ont ainsi pu explorer de nouveaux axes de réflexion sur les réformes et sur le développement de ces services et trouvé de nouveaux champs de coopération et de promotion d’un développement mutuel.

Les points  débattus portaient,  entre autres, sur les politiques et mesures susceptibles de promouvoir la réforme des services financiers en milieu rural en Chine ; les expériences et les enseignements tirés du développement des services financiers en milieu rural en Chine (y compris la réforme des institutions financières, l’innovation financière et le développement des marchés financiers) ; l’exploration et les pratiques en matière de microcrédit commercial viable en Chine ; le développement des services financiers en milieu rural, et les défis qui se posent à l’Afrique et à la Chine. Ont  aussi été évoqués,  les problèmes et les expériences en matière de développement des services financiers en milieu rural dans les pays africains ; les voies et moyens d’une coopération entre l’Afrique et la Chine dans le domaine des services financiers en milieu rural.

Il s’agissait notamment pour les participants, d’examiner  les moyens de promouvoir une meilleure compréhension des réalisations, des perspectives futures et des problèmes communs en matière de développement des services financiers en zone rurale ; et d’explorer les possibilités et méthodes de coopération en matière de fourniture de services financiers en milieu rural.

La Chine  pays de 1,3 milliard d’habitants, compte 800 millions de personnes vivant dans les zones rurales Ce qui fait que le développement des agriculteurs, de l’agriculture et des régions rurales est le premier souci du gouvernement chinois. Selon les panélistes chinois, leur pays a établi un système de finance rurale à plusieurs niveaux. Il s’agit notamment de coopératives rurales de crédits, banques coopératives rurales ; banques commerciales et de la Banque agricole de Chine. A la fin de l’année  2007, le solde des crédits agricoles de tous les établissements financiers chinois est de 6093,885 milliards de yuans ( 1 dollar = 7 yuans) représentant 21,92% de la totalité des crédits de tous les établissements financiers. Parmi les raisons de la réussite de l’expérience  chinoise qui s’appuie sur des réformes entreprises en 1978, différents points ont été relevés. Il s ‘agit d’une offre et d’une demande diversifiées ; un marché financier stabilisé et  un risque amélioré intégrés au cadre d’une réforme dont l’une des innovations majeures est la prise de participation dans le capital de ces banques. Ce qui a d’ailleurs, suscité l’engouement de grands groupes financiers internationaux. La simplification du système chinois n’est pas aussi la moindre de ses réussites.

S’agissant de l’Afrique, la vice-présidente  de la BAD chargée du secteur de l’agriculture, Zeinab El-Bakri,  a dans sa présentation, relevé l’importance de l’agriculture dans les économies africaines ; ainsi que les défis et enseignements tirés et les perspectives dans lze secteur. Elle a d’emblée indiqué que la crise alimentaire actuelle remettait l’agriculture au devant  des préoccupations ; tout en soulignant que le PIB de l’agriculture avait des effets multiplicateurs sur les autres industries. Au niveau des difficultés du secteur agricole celui-ci a connu  pendant des décennies une baisse nette  dans l’apport des crédits agricoles, les mauvaises performances des programmes mis en place par les  Etats et les bailleurs ; l’impact des subventions fournies par l’Etat ;  le démantèlement des institutions de financement ont été autant de facteurs négatifs pour le développement de l’agriculture africaine. Au niveau des leçons tirées, l’absence de financement à long terme ; l’éparpillement des populations à l’inverse de la Chine) combiné au manque d’infrastructures institutionnelles sont autant de sujets sur lesquels il faudra se pencher.

L’une des leçons à tirer dans ce domaine est la nécessité de  la poursuite de la recherche de financement pour le crédit rural. La perspective de la BAD  porte sur l’amélioration et le développement durable des secteurs financiers, en général, en Afrique et financier agricole en particulier. La BAD a aussi souligné sa volonté de réfléchir à  toutes les questions portant sur l’infrastructure. Cette démarche sera fondée sur le partage d’expérience  et l’établissement de partenariats stratégiques.

Les services financiers revêtent  donc une importance capitale dans l’appui au développement économique des zones rurales. L’agriculture joue un rôle crucial dans le développement économique d’un pays. En particulier dans des pays moins avancés comme la Chine et les pays africains, l’agriculture occupe une place de choix dans la production nationale et dans le développement économique.

Le niveau de développement économique ainsi que la nature des systèmes économiques variant d’un pays à l’autre. Par conséquent, le rôle que jouent les services financiers varie aussi. Au cours des dernières années, de nombreux pays, dont la Chine et des pays africains, ont enregistré des résultats importants dans le domaine de la recherche sur le développement des services financiers.

L’aménagement de la campagne  par le régime socialiste est une tâche qui revêt une grande importance historique dans le processus de modernisation de la Chine. La réforme et l’amélioration des services financiers en milieu rural occupent une place de choix dans ce processus. L’élaboration d’un mécanisme de fourniture de services financiers en zone rurale a une grande importance dans la promotion du développement économique en milieu rural, la mise en place d’un mécanisme durable pour appuyer l’agriculture, assurer la stabilité à long terme dans les campagnes, réduire l’écart de revenu entre riche et pauvre, entre la ville et la campagne, et créer une société harmonieuse.

Après plusieurs années de réforme et de développement, la Chine a institué un système de fourniture de services financiers en milieu rural, basé sur des ressources financières coopératives, la division du travail et la coordination des actions entre les services financiers commerciaux et le financement des politiques. Aujourd’hui, les services financiers ont couvert la plus grande partie des zones rurales en Chine. Plus particulièrement, au cours des dernières années, le gouvernement chinois a accordé une attention particulière à la réforme des services financiers en milieu rural. Des mesures ont été prises pour améliorer la qualité de ces services.

Des résultats importants ont ainsi été enregistrés en matière de réforme des institutions financières, de renforcement institutionnel et d’innovation financière. Par conséquent, une grande expérience a été acquise.

La Chine partage avec les pays africains nombre de similitudes dans le domaine du développement économique en milieu rural. L’agriculture joue un rôle fondamental dans l’ensemble de l’économie de la Chine. En Afrique, les services financiers en zone rurale sont confrontés à des problèmes comparables à ceux qui se posent à la Chine. Ces similitudes offrent une base pour des communications financières en milieu rural entre la Chine et l’Afrique.  Dans le cadre des débats, la Chine a montré sa disposition à examiner avec les pays africains les mesures efficaces propres à promouvoir le développement des services financiers en zone rurale et à étudier avec eux les voies et moyens d’améliorer la qualité de ces services.