Mise en valeur des énergies propres en Égypte

03/05/2012
Share |


Naguère exportateur de pétrole et de gaz, l’Égypte peine, de nos jours, à satisfaire ses propres besoins énergétiques. La croissance de la consommation d’énergie est induite par la croissance économique et l’industrialisation du pays, ainsi que par le changement de mode de vie de sa population. S’il est vrai que toutes les formes d’énergie ont enregistré un taux de croissance plutôt élevé, la consommation d’électricité a crû de manière exceptionnelle, suscitant de fortes préoccupations quant à l’éventail des combustibles utilisés par le secteur de l’énergie, à la dépendance accrue à l’égard du pétrole et au fardeau excessif qui pèse sur le budget de l’État. Ainsi, le gouvernement est résolu à diversifier les sources d’énergie et à accroître l’efficacité de la consommation d’électricité. Par ailleurs, il est établi que la diversification des sources d’énergie et l’efficacité énergétique peuvent présenter d’autres avantages tels que l’amélioration de la qualité de l’environnement, le transfert de technologies de pointe et, éventuellement, de nouveaux types d’activités manufacturières et de services.

Le rapport de la BAD intitulé «Clean Energy Development in Egypt »  passe en revue les opportunités et défis liés à l’accroissement de l’efficacité énergétique, à la mise en valeur des ressources en énergie renouvelable et à la promotion de la fabrication au niveau local des équipements pertinents en Égypte. L’expérience internationale montre que ces trois objectifs sont intimement liés et que quatre conditions président à leur réalisation : i) une stratégie claire ; ii) un cadre institutionnel approprié ; iii) un système d’incitation bien conçu ; et iv) une série appropriée d’instruments financiers. L’Égypte pâtit de graves insuffisances dans l’ensemble de ces quatre domaines.

Pour ce qui est de l’efficacité énergétique, alors que, dans l’ancienne stratégie énergétique de l’Égypte, elle n’occupait pas une place de choix, l’efficacité énergétique est devenue aujourd’hui une haute priorité.  Pour cette thématique, le rapport recommande de renforcer les mécanismes institutionnels en vigueur ; de créer un fonds pour l’efficacité énergétique ; de démarrer les programmes hautement prioritaires ;  et de renforcer les capacités techniques et d’exécution.

La mise en valeur des énergies renouvelables a été une des priorités ces dernières années. L’actuelle stratégie énergétique de l’Égypte (la résolution adoptée par le Conseil suprême de l’énergie en février 2008) vise à porter la part des énergies renouvelables à 20 % du volume total des énergies d’ici à 2020. La mise en valeur des ressources en énergie renouvelable en Égypte est en bonne voie, mais mérite d’être renforcée considérablement dans plusieurs domaines. Afin de pallier les insuffisances actuelles liées au programme de mise en valeur des énergies renouvelables, le rapport propose de renforcer le mécanisme institutionnel actuel;  d’élaborer une stratégie pour la mise en valeur de l’énergie solaire; de créer un mécanisme de financement cohérent; et de réduire les risques techniques.

La fabrication d’équipements et la fourniture de services au niveau local pourrait être plus développée en Egypte.  Le secteur privé en Égypte a manifesté un grand intérêt pour les activités manufacturières et les services liés à l’énergie. La fabrication d’équipements a bien démarré dans l’industrie éolienne, mais elle n’est pas encore développée dans l’industrie solaire. Le gouvernement a soutenu les efforts de renforcement des capacités pour la fabrication locale des équipements nécessaires dans l’industrie des énergies renouvelables. Cependant, ce soutien a été apporté de manière ad hoc. À l’avenir, l’industrie locale aura besoin d’un mécanisme de soutien clairement défini des pouvoirs publics.  À cet égard, le rapport préconise de mettre en place un mécanisme institutionnel précis ;  de mettre en place un système d’incitation bien conçu ; de lancer un programme de « Recherche et Développement » ; de soutenir les actions de valorisation des ressources humaines et d’adopter une approche stratégique de la coopération internationale.

Le rapport conclut sur le fait que l'Egypte aurait besoin d’une l'assistance technique substantielle pour établir une industrie de l'énergie propre, mais qu’elle pourrait aussi se positionner rapidement comme un leader sur le continent avec la capacité d'exporter son expérience et ses services