Le développement de l’énergie propre: une opportunité de retombées locales pour l’Afrique

27/06/2011
Share |

Comment accroître le contenu local et créer des emplois supplémentaires dans les projets d’énergie propre en Afrique ?

Tanja Faller, économiste énergie à la Banque africaine de développement (BAD), a    mis en relief les opportunités offertes à l’Afrique par le développement des entreprises d’énergie propre au cours d’une session sur “Le saut qualitatif pour emprunteur la voie de la croissance verte : promouvoir les industries à base de technologie propre”. Cette session était organisée lors du forum du partenariat des fonds d’investissement climatique, les 24 et 25 juin au Cap, en Afrique du Sud.

“L”énergie propre est une occasion offerte au continent pour faire un saut qualitatif et emprunter la voie d’une croissance verte”, a déclaré Mme Faller. Elle a indiqué que cette évolution peut amener la naissance de toute une industrie créatrice d’emplois de qualité pour les populations locales.
L’avenir réserve toutefois des défis, qui concernent la qualité et la certification des équipements, la capacité d’absorption des pays récipiendaires et la formation d’une main d’oeuvre hautement qualifiée.

Quelles perspectives d’avenir s’ouvrent à ce développement ? Mme Faller a souligné deux éléments : le renforcement des systèmes innovants pour qu’ils appuient les solutions de technologie propre, et la prise en compte de la souplesse dans les processus des donateurs en matière d’acquisition de biens et services, en vue de permettre la création d’une demande locale, en introduisant notamment des paramètres de contenu local dans les processus de préqualification.

“Le renforcement de l’appui aux industries de technologie propre peut garantir la viabilité de l’énergie renouvelable en Afrique”, a souligné Mme Faller. “De grands investissements dans l’énergie renouvelable ne peuvent être durables que si des emplois locaux sont disponibles.”

La BAD soutient la croissance verte en Afrique à travers toute une gamme d’instruments : des dons, des prêts souverains, le partage du savoir, le financemet des projets du secteur privé, des prises de participation et des prêts d’appui aux réformes économiques.