La rencontre de la Coalition pour le dialogue sur l’Afrique (CoDA) conclut ses travaux avec des décisions significatives

28/02/2010
Share |

Tunis, 28 février 2010 - Après deux jours de réunion, le Conseil de la Coalition pour le dialogue sur l'Afrique (CoDA), accueilli par la Banque africaine de développement (BAD), a clos ses travaux à Tunis, le dimanche 28 février 2010, avec l'adoption de décisions de grande envergure. Cette réunion était la troisième du Conseil de CoDA, après son lancement le 6 mai 2009, à Addis-Abeba, et faisait suite à la deuxième réunion, qui a eu lieu à Tunis le 28 novembre 2009. La réunion qui vient de se tenir a été présidée par l'ancien président du Botswana, Festus Mogae, et a couvert, entre autres, deux grandes questions, à savoir : la transformation institutionnelle de CoDA et son programme de travail 2010.

En ce qui concerne la transformation institutionnelle, les discussions ont été axées sur la conversion de CoDA en une organisation non gouvernementale indépendante et en une initiative africaine à but non lucratif. À cet égard, les participants ont examiné le statut juridique futur de CODA et les sources de financement de ses activités.

Le programme de travail de CODA pour 2010 a été l’autre point principal de l’ordre du jour de la réunion. En plus de ce programme, CODA sera également impliquée dans :

  • Des études et débats sur les questions clés concernant le développement de l’Afrique telles que l'intégration et le financement du développement ; 
  • Des actions de sensibilisation pour le développement de l'Afrique, mettant l'accent sur des questions essentielles telles que l'intégration régionale, la gouvernance, la crise financière et le changement climatique ;
  • La sensibilisation de la communauté internationale sur les besoins  de développement du continent ainsi que l’aide à la mobilisation de bonnes  volontés et de ressources pour la réalisation de ses objectifs de développement ;
  • La transformation de CODA en une institution afin de la doter d'un directeur général et d’un secrétariat réduit pour assurer son efficacité, et en particulier son indépendance vis-à-vis des institutions fondatrices, à savoir la Banque africaine de développement (BAD), la Commission économique pour l'Afrique (UNECA) et la Commission de l’Union africaine (CUA).
  • La CoDA est parrainée par la Commission de l’Union africaine, la CEA, la BAD, mais sans être un programme de ces institutions. Elle est régie par un conseil d'éminentes personnalités africaines et non africaines, et bénéficie du soutien du secteur privé. La CoDA est donc une nouvelle entité internationale, indépendante, appartenant à l’Afrique, qui identifie et discute des questions d'importance pour le développement de l'Afrique dans un contexte mondial. Elle est un lieu de réflexion qui plaide pour le continent, rassemble un éventail des parties prenantes pour promouvoir le dialogue, et fournit une plateforme pour que les voix africaines puissent se faire entendre. Elle a vocation d’orientations, et travaille en collaboration avec d'autres organisations africaines et internationales traitant des questions auxquelles le continent fait face, comme la sécurité, la paix, la gouvernance et le développement.

    La prochaine réunion de la CoDA se tiendra le 25 mai 2010, en marge des assemblées annuelles de la BAD à Abidjan, en Côte d'Ivoire.