Étude comparative des politiques d’exportation de l’Égypte, du Maroc, de la Tunisie et de la Corée du Sud

07/11/2012
Share |


La transformation structurelle est un facteur déterminant dans la capacité d’un pays à générer une croissance plus rapide et plus inclusive, qui permet de faire face à des enjeux d’ordre social comme le chômage et la pauvreté. Une transformation structurelle impulsée par l’exportation revêt un très grand intérêt pour l’Égypte, le Maroc et la Tunisie, qui ont déployé des stratégies commerciales et des politiques de promotion des exportations, mais n’ont pas encore tiré pleinement profit de leurs stratégies de croissance tirée par les exportations.

Les progrès enregistrés restent insuffisants pour permettre à ces pays d’optimiser tous les avantages, à l’instar d’autres pays qui ont intégré la production à plus forte valeur ajoutée dans leurs économies. La présente étude détermine comment l’accroissement de la productivité et la progression dans la chaîne de valeur pourraient améliorer le développement économique en Afrique du Nord. L’étude s’attache en particulier à montrer comment le déploiement des stratégies de croissance tirée par les exportations passe par la structuration des institutions et des services qui appuient le commerce. L’Égypte, le Maroc et la Tunisie doivent créer un environnement propice à l’expansion des activités de production plus diversifiées ; notamment, les activités qui sont plus complexes que l’actuel éventail des exportations.

Le rapport constitue une étape importante qui oriente les interventions du Groupe de la Banque dans ces pays et offre une base intellectuelle aux dialogues stratégiques entre la Banque et ses interlocuteurs dans les domaines du commerce international et des politiques industrielles.