L'accès des femmes africaines aux technologies de l'information promeut la croissance

01/06/2015
Share |

Selon les experts, non seulement l'accès des femmes africaines aux technologies de l'information (TI), comme les téléphones intelligents, contribue à combler le fossé entre les hommes et les femmes en matière d'utilisation des TI, mais c'est aussi un moteur majeur de croissance économique pour l'ensemble du continent. C'était le thème principal d'une discussion de groupe sur les femmes et les TI, qui a été organisée jeudi dernier dans le cadre des 50e Assemblées annuelles du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), à Abidjan.

Le secteur des TI à l'échelle mondiale est extrêmement profitable, a déclaré Shireen Shantosham du Programme de Connexion des femmes du  Groupe Speciale Mobile Association ».

« 170 milliards sur cinq ans », a-t-elle indiqué, « dont 30 milliards sont représentés par l'Afrique subsaharienne ».

Shantosham, les représentants de Google, d'Intel et d'OXFAM, et le ministre de la Poste et des Technologies de l'Information et de la Communication en Côte d'Ivoire, Bruno Koné, ont tous indiqué que leurs organisations œuvrent en faveur de l'inclusion, tout en convenant que certains obstacles majeurs compromettent l'accès des femmes aux TI. Shantosham a déclaré que son organisation avait mené l'une des quelques études sur ce problème. Selon elle, le coût, la qualité de réseau, la sécurité individuelle, les connaissances techniques et la confiance sont les principaux aspects qui retiennent les femmes.

« Les femmes sont harcelées par des inconnus au téléphone », a indiqué Shantosham. C'est ce qui se passe quand des hommes composent un numéro au hasard, trouvent une femme, et l'appellent de façon répétée. « Ce phénomène peut susciter une certaine méfiance au sein du foyer » et même amener l'un des hommes de la famille à restreindre, voire à interdire l'accès aux IT, a-t-elle ajouté.

La Côte d’Ivoire ouvre la voie dans l'élimination de certains de ces obstacles. Bruno Koné a déclaré que le pays compte 22 millions d'abonnés à des services mobiles et que le rapport entre les hommes et les femmes est à peu près équitable, ce qui représente un accomplissement majeur par rapport à d'autres nations sur le continent. Il a ajouté que le gouvernement dispose d'un plan en cinq points qui vise à s'assurer qu'un public vaste accède aux technologies et qui implique des réglementations, une connectivité et un accès aux équipements, au contenu et à des formations. Par ailleurs,  Koné a indiqué que son pays a formulé des lois relatives à la cyberprotection et qu'il lance actuellement des programmes d'accès et procède à la connexion des zones rurales aux TI. Il a également déclaré que 3 000 communautés rurales disposent aujourd’hui de cybercentres.

Selon Assiatou Sow d'Intel, « tous les gouvernements devraient suivre l'exemple de la Côte d’Ivoire ». Elle a   indiqué que l'accès à l'Internet a eu un impact énorme dans le succès de lutte contre la pauvreté dans les pays. La société Intel a mis en place un programme intitulé « Intel Women Connect », qui vise à augmenter la connectivité des femmes et des filles.

Le contenu représente un autre secteur de croissance, a indiqué Amy O’Donnell d'OXFAM. « Quatre-vingt-dix pour cent du contenu est généré hors du continent » africain. La concrétisation de l'accès des femmes aux TI passe principalement par un appui à la création de contenu impliquant la participation des femmes africaines, a-t-elle ajouté.