COP15- Conférence sur le changement climatique: une chance à saisir pour l'Afrique

Share |

De: 07/12/2009
A: 18/12/2009
Lieu: Copenhague, Danemark
cop15logo

Kaberuka : l'Afrique a besoin de 40 milliards USD/an en aide pour affronter les changements climatiques

  • Le changement climatique représente pour l'Afrique de près de 3 pour cent du PIB

Dans une interview avec l’agence de nouvelles Reuters, qui s'est tenue le 7 décembre 2009, le président de la BAD Donald Kaberuka, a déclaré que les nations riches devraient, lors du sommet sur le climat de Copenhague, s'engager 40 milliards USD par an en fonds nouveaux pour aider l'Afrique à lutter contre les conséquences du réchauffement climatique.

Le changement climatique coûte près de 3 pour cent du PIB (produit intérieur brut) par an au continent, a déclaré le président, ce qui équivaut à environ 40 milliards USD sur une base annuelle.

Les négociations ont commencé le 7 décembre 2009 dans la capitale danoise, entre 190 pays sur un traité visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à lutter contre les effets du changement climatique, y compris la montée des mers, la désertification et les inondations.

Les dirigeants africains affirment que leur continent a été particulièrement touché par le changement climatique – et continueront à souffrir davantage si rien n’est fait, en raison de la fragilité de nombreuses économies africaines.

M. Kaberuka a déclaré que l'Afrique utilisera les 40 milliards USD par an pour aider les pays à s'adapter aux changements climatiques, et en misant sur les sources d'énergie peu polluantes, et sur des mesures comme la préservation des forêts pour aider à absorber les excès en dioxyde de carbone.

Il a dit qu'il voulait aussi le sommet de Copenhague devrait mener à un "ambitieux" accord sur la réduction des émissions mondiales, et la création d'une structure de gouvernance pour surveiller la performance des pays par rapport à leurs cibles d'émissions et à leurs engagements en aide extérieure.

"Pour nous, les questions de climat sont des enjeux de développement, vous ne pouvez pas dissocier les deux, parce que nous vivons en marge du développement et, avec le niveau de fragilité de nos économies, des changements même minimes de la température peuvent nous emmener sur le bord du précipice », a déclaré le président Kaberuka.

La BAD et le changement climatique

  • L’Afrique et le changement climatique
  • L’adaptation au changement climatique : une priorité et un enjeu crucial pour l’Afrique
  • Changement climatique et mitigation
  • La réponse de la Banque au changement climatique
  • Stratégie du Groupe de la banque en matière de gestion du risque climatique et d’adaptation aux changements (CRMA)
  • Le Cadre d’investissement pour l’energie propre
  • L’assistance à la réhabilitation des infrastructures lors d’événements météorologiques extrêmes
  • Les activités actuelles de la Banque en matière de changement climatique
  • Le changement climatique et le genre

 Projets phares

 

  • Projet d’une installation thermo-solaire Ain Béni Mathar, Maroc
  • Programme de préservation des écosystèmes du Bassin du Congo
  • Centrale hydro-électrique de Sahanivotry, Madagascar

L’Afrique parle d’une seule voix sur l’enjeu du changement climatique

Les nations africaines, en termes absolus et per capita, ne sont pas des sources importantes d'émissions de gaz à effet de serre à l'échelle mondiale, mais doivent assumer un impact négatif disproportionné des conséquences de ce phénomène.

Le changement climatique représente une charge supplémentaire pour le continent, qui est actuellement déjà aux prises avec le défi de combler les besoins de base des populations. En fait, le continent est à risque d'un renversement des gains modestes réalisés jusqu'à présent dans la réalisation des OMD, si les impacts prévus négatifs du changement climatique ne sont pas abordés dans le court terme.